Étiquette : consommation

Marketing : toujours plus fort, toujours plus tôt !

Vue du Perchoir

Marketing : toujours plus fort, toujours plus tôt !

Dans un contexte de changement climatique (Vous avez vu ? Par une simple pirouette, j’ai évité le mot « réchauffement » qui déchaîne les passions entre ceux qui en sont persuadés et les sceptiques), chacun scrute les saisons.

Le froid que nous vivons ces jours-ci m’a inspiré un petit billet d’humeur à la frontière entre température et marketing.

Enfin un vrai hiver

Sans vouloir jouer les météorologues car je n’en ai ni les connaissances ni la passion, il suffit de regarder un peu autour de soi pour constater que cet hiver, nous vivons un « vrai hiver ». De la neige en montagne et en plaine, beaucoup de neige même, du froid, de la pluie.

La vague de froid venue de Russie depuis hier nous rappelle que nous ne sommes qu’en février, que le printemps n’arrive que dans un mois et que nous allons porter nos manteaux pendant un petit bout de temps encore.

Après un hiver rigoureux et très peu ensoleillé pour la plupart d’entre-nous, le manque de soleil est bien présent. Nous ne rêvons qu’à une chose, sortir nos lunettes de soleil et aller en terrasse siroter un bon Perrier citron. Pour cela, il faudra attendre un peu. Et quand enfin nous passerons de belles soirées en terrasse, nous serons heureux car nous les aurons rêvés, ces beaux moments !

Petit intermède ensoleillé :

 

S’il est normal d’avoir encore froid en février, et plutôt agréable de vivre une vraie saison (non ?), c’est sans compter les marketeurs et les influenceurs qui nous rendent zinzins.

marketing : Toujours plus de « hors-saison »

Les soldes d’hiver à peine terminés, le froid encore bien présent après de récentes neiges un peu partout en France, ils ont commencé à sévir.

Sans attendre, dès le lendemain de la fin des soldes, j’avais déjà dans ma boîte mail des bons de réduction valables sur la prochaine collection de vêtements ! Mais je ne doute pas que Darty ou Boulanger en ont profité pour proposer une promo sur un appareil à citronnade !

Eh oh, ça vous dirait de nous lâcher le porte-monnaie ? De nous laisser respirer 5 minutes ? De nous laisser vivre notre saison sans nous forcer à penser à la prochaine à coups de photos de campagne verte et ensoleillée ou de plage au soleil couchant ?

Si je ne me trompe pas, il nous reste encore 1/3 de l’hiver ou presque à vivre ? Alors pourquoi sans cesse nous décaler ?

Nous aurons des coups de cœur sur vos collections, ne vous en faites pas ! Mais laissez-nous avant profiter des achats d’hiver que nous venons de réaliser, car pour l’instant nous avons froid. Très froid même !

En quoi est-ce utile pour un business de couper la saisonnalité comme cela ? Bien loin des écoles de commerce, j’ai peut-être loupé la raison ! Ce que je vois, c’est que cela me met en rogne, et bien loin d’avoir envie de m’acheter un short, j’ai plutôt envie de me racheter des pulls ! Vous aussi ?

Ah oui, c’est peut-être parce que le but des marketeurs et des influenceurs qui travaillent ensemble à ce que nos achats soient très très peu reliés à nos besoins. Et paf, un coup de cœur !
Je suis les influenceurs sur Instagram notamment et sur leurs blogs. Loin de moi l’idée de les dénigrer car ils sont utiles, mais j’ai du mal à comprendre que la transparence qu’ils conquièrent bute sur certains points. Un petit manque de cohérence, facilement rectifiable !

Oui, mais dans tous les cas, une fois qu’on a reçu la blouse de nos rêves avec nœud dans le dos (ultra simple à repasser !) et motif superbe, même si on la portera dans 3 mois, on n’en achètera pas forcément une nouvelle dans 3 mois ! Où est le gain ? Vous me suivez ?

A faire évoluer ?

Bref, toutes ces lignes pour dire que dans un contexte économique tendu, où les bourses ne sont plus si disposées à s’ouvrir qu’à une certaine époque, se faire harceler à longueur de journée pour faire chauffer sa CB, ça ne détend pas.

A la radio, dans les rues, sur les carrosseries des bus, dans les journaux, sur Facebook, sur la colonne de droite des sites que vous visitez, dans votre boite aux lettres, … Lâchez-nous et respectez les saisons !

Vous nous faites fuir dans le Larzac ou en haut de la montagne. Et inutile de vous dire qu’au quotidien là-bas, 3 pantalons, 3 shorts, quelques t-shirts et des bonnes chaussures suffisent. Vous aurez tout gagné !

En attendant, belles descentes aux chanceux qui sont au ski ! 

bannière-hiver-trottecocotte

 

Tendre vers le « Zéro Waste », ça te branche ?

Engagés

Tendre vers le « Zéro Waste », ça te branche ?

Au tout début de l’année je ne sais pas si vous avez entendu parler du défi lancé par l’ONG « Zéro Waste » pour inciter chacun de nous à changer ! Oui, changer nos habitudes de vie afin de préserver la planète tout en soutenant l’emploi en France.

Faire du sport (d’ailleurs, où en est votre résolution 2018 à ce sujet ? ;-)), essayer de mieux manger, de passer moins de temps devant son ordinateur ou son téléphone, … En fait, tout cela, l’ONG le soutient, mais cette année, elle a choisi un autre effort collectif à tenir ! Tadaaaaam !

En 2018, « Zéro Waste » nous met au défi de ne rien acheter ou presque, de neuf durant l’année.

Quoi ??????

via GIPHY

Ne faites pas cette tête, ca va bien se passer !

La démarche de « Zéro Waste »

Le temps a filé si vite que je vous en parle … en fin de soldes d’hiver ! Habile !
J’imagine que vous en avez donc déjà profité pour regarnir vos placards d’habits ou d’objets en tout genre !

Tiens, justement, n’avez-vous acheté que des produits dont vous aviez réellement besoin ? Et en magasin ou d’occasion ?
Je plaide coupable car, pour certains achats encore, je suis clairement dans l’achat coup de cœur.
A moi de veiller à ne pas laisser ces produits attendre patiemment leur tour sur mes étagères !

Mais d’ailleurs, quand peut-on savoir que l’on a vraiment un besoin ?
Ce n’est pas évident, d’autant plus que le marketing prend beaucoup de place dans nos actes d’achat. A force de voir les pubs dans la rue, sur les pages des magazines, avant d’écouter notre musique sur Youtube, ou à la télévision, on a beaucoup, beaucoup d’envies d’achats. Et ça, ni notre porte-monnaie ni notre planète n’aiment ça !

L’ONG dont le but est de lutter contre la production de déchets, se donne pour mission de nous aider toutes et tous, à mieux mesurer l’impact de tous nos achats. En prenant le temps de la réflexion avant d’acheter, on devrait normalement céder moins souvent aux sirènes de l’envie. Tous au défi !

Le défi #RienDeNeuf

Adhérer au défi, c’est accepter de revoir certains réflexes de consommation bien ancrés. « Penser alternatif », en réduisant l’achat de produits neufs.

L’association a donc dressé des catégories de biens ainsi que les alternatives proposées pour se les procurer !
La liste est longue ! Vous pouvez d’ailleurs la retrouver sur le site « Rien de neuf » mis en place pour l’occasion.

Location, prêts, mutualisation sont les alternatives les plus simples. On pense tous à Emmaüs, au Bon Coin, mais beaucoup d’associations ou d’entreprises se sont lancées pour offrir des services allant dans le sens d’une économie plus « durable ». Vous retrouverez leurs coordonnées ici.

Nos modes de vie en lumière

Ce genre d’initiative permet de s’entraider pour consommer mieux, mais surtout de voir à quel point nos modes de vie sont gourmands en ressources.

Pour fabriquer un t-shirt, il faut plus de 2500 litres d’eau tandis que pour un jean on atteint 8000.
Pour un smartphone, c’est 70 kg de ressources utilisées selon l’association.

De plus, acheter moins d’objets neufs favorise la création d’ateliers de réparation et donc d’emplois, en France !

Au-delà de ce défi, c’est bien une réflexion sur nos modes de vie que l’association nous encourage à avoir ! Loin de l’idée de tout compter ou de tout analyser, achat après achat, vous êtes prêts à relever le défi ?