Catégorie : Vue du Perchoir

Cocotte caquète #1

Vue du Perchoir

Cocotte caquète #1

Pour commencer cette nouvelle semaine et ce nouveau mois (pas des moindres !), je souhaitais poster un petit billet différent des autres.

L’idée est de venir vous parler de manière un peu plus personnelle. À travers les articles « Cocotte caquète », j’ai envie de vous tenir au courant des évolutions du blog et de mes projets pour celui-ci.

Un blog n’évolue pas seul, il évolue au rythme de celui ou celle qui le tient. Et en l’occurrence, ici c’est moi ! 🙂

Né en juillet alors que j’avais décidé de partir quelques mois de Paris pour rencontrer des personnes inspirantes, comprendre des choses, découvrir des talents, Trotte cocotte me suit donc dans mon cheminement depuis.

Ils sont nombreux, et je vous en parlerai petit à petit, mais le point central est « la transition, ma transition, notre transition ». J’évoquais cela dans le premier article posté sur le blog . Je le laisse intact, mais il me paraît déjà très loin !

Depuis le mois d’octobre, je suis rentrée à Paris et je réfléchis à plusieurs projets autour du blog. J’imagine aussi des choses pour lui. J’espère pouvoir vous en reparler d’ici un ou deux mois. Si c’est le cas, c’est bon signe.

Mes journées sont bien remplies car je me forme, je cherche des idées, j’apprends des choses comme la couture par exemple, et j’aimerais parfois disposer de journées à rallonge.

Alors, comme vous pouvez le constater, il n’y a pas de planning éditorial ficelé, tout simplement parce qu’écrire et mettre en forme des articles prend beaucoup de temps et nécessite un rythme de vie bien cadré. Et puis, je vois l’écriture et le blogging comme une envie, un partage (avec vous !) et non une contrainte.

Pour l’instant, vous pouvez trouver un article le lundi et un autre en fin de semaine. Sans oublier, une illustration dans « Vie de style – Jolis mots » le mercredi.

J’ai à cœur de vous proposer un blog de qualité, mais ce n’est pas ma formation en droit qui m’y aide. Enfin un peu, mais pas totalement. Alors, pas après pas, j’apprends !

Ma transition est aussi professionnelle et j’imagine que vous savez combien cela prend du temps et de l’énergie de pivoter. Ce sont des questionnements, des doutes, des réalités, des rêves aussi et … qui vivra verra !

Ce qui est sûr, c’est que j’ai envie plus que jamais que ce blog grandisse, de vous rencontrer, de vous écouter pour qu’ensemble nous nous inspirions et diffusions de belles idées.

Je reste toujours à l’écoute de vos remarques si vous en avez. Pour m’écrire, une seule adresse bonjour@trottecocotte.com.

A très vite !

coeur-amour-vie-mere-interview-trottecocotte

Mets ton avent sur le devant !

Vue du Perchoir

Mets ton avent sur le devant !

Ca y est, le joli mois de décembre et sa ribambelle de lumières, de verres de vin chaud et de joies est arrivé. Ainsi débute l’avent, cette période d’attente jusqu’à la fête de Nöel.

Une période d’attente qui ne signifie pas la même chose pour chacun, mais qui est très suivie grâce au si célèbre calendrier de l’avent. Certains attendent la naissance du petit Jésus, d’autres comptent les jours avant de retrouver leur famille. Pour tous, les fêtes de fin d’année sont un événement. Pas toujours joyeux lorsque la maladie, la solitude ou les difficultés d’un autre ordre sont là.

Alors, pour insuffler autant de douceur que possible sur Trotte cocotte, j’ai eu envie une nouvelle fois de faire appel à vous. Et si nous parlions de nos avents ?

Au mois de novembre, grâce aux réseaux sociaux, je vous avais demandé à vous, lectrices et lecteurs du blog, de m’envoyer une ou plusieurs photos de votre automne. Accompagnée(s) d’un petit mot si vous le souhaitiez, pour illustrer un moment que vous aviez envie de partager.

Comme vous ne me suivez pas tous les réseaux sociaux, je poste aussi ici la grande opération « Mets ton avent sur le devant ! ».

raconte-nous-ton-avent-trottecocotte

 

L’avent c’est les illuminations dans nos villages ou villes, les marchés de Noël d’où émanent les belles odeurs de vin chaud, les spectacles de Noël, la soirée de fin d’année de notre entreprise, l’écriture de la lettre au Père-Noël, la décoration du sapin, la mise en place de la crèche pour d’autres.

Une période qui me faisait rêver lorsque j’étais petite, vous aussi ?

Je me promenais toute contente dans les rues de ma jolie ville qui se paraît de mille lumières. Je rêvais aussi secrètement à ce que le papa Noël allait bien pouvoir m’apporter. J’étais excitée de savoir que mes grands-parents allaient débarquer ainsi qu’une partie de la famille, investissant la salle à manger presque trop petite. Un samedi après-midi, papa nous emmenait voir un beau spectacle dans la grande salle de la ville. Puis maman aussi, c’était le spectacle de son entreprise !

Sans oublier les calendriers de l’avent que j’avais envie de terminer en 2 jours. On en voit de toute sorte mais celui que je ferai bien cette année c’est celui-là :

avent-autrement-don-trottecocotte

Se raconter notre avent :

Rien de plus simple, vous m’envoyez un mail à bonjour@trottecocotte.com jusqu’au 20 décembre au plus tard.

Dans ce mail vous joignez une (ou plusieurs) photo(s) que vous avez prise(s) et qui est(sont) un bout de votre avent, un poème qui vous évoque cette période, une anecdote, un petit mot … L’imagination …
Dans tous les cas, un petit bout de vous que vous acceptez de faire figurer dans un article.

J’espère que vous serez nombreux à partager votre avent comme nous avons été si contents de partager notre automne. Des bécots !

bannière-decembre-trottecocotte

Vous pouvez télécharger la bannière de décembre de Trotte cocotte en cliquant sur la photo.

Notre environnement : machine à fabriquer les crétins de demain ?

Vue du Perchoir

Notre environnement : machine à fabriquer les crétins de demain ?

Samedi (soir) dernier, la chaîne Arte a diffusé un reportage dont beaucoup parlaient ces derniers temps.

Un documentaire au nom provocateur dont on ne savait pas si l’on devait sourire ou pleurer.
Dès les premières minutes de visionnage, c’est pourtant la douche froide. Le sentiment qui nous envahit est clair : un phénomène très inquiétant voire alarmant se produit un peu partout sur la terre.

Si je vous dis que demain nous pourrions tous devenir crétins, ou plutôt donner la vie à des crétins et être entourés de personnes aux capacités intellectuelles altérées voire limitées dès leur naissance, cela vous fait penser à quoi ?

À une fiction ? Pour savoir si ce futur peut-être notre futur, voici le documentaire disponible en replay en cliquant sur l’image :

enquete-article-demaintouscretins-arte-trottecocotte-

Si vous avez eu le temps de visionner la vidéo (si ce n’est pas fait, prenez 1 heure, vous ne le regretterez pas !), vous avez donc compris, preuves à l’appui que ce futur annoncé est loin d’être une fiction et que nous sommes déjà en pleine mutation.

Les nombreuses recherches scientifiques effectuées partout sur la planète concordent et affirment que notre environnement, en plus de nous empoisonner, nous rend stupides.

Une menace place donc sur nous, mais aussi et surtout sur les enfants à naître. Et c’est là tout l’objet du documentaire !

Notre QI régresse depuis 2 décennies

C’est Edward Dutton, un chercheur passionné par l’évolution de l’intelligence qui l’affirme. Ce dernier a notamment fait des recherches sur l’intelligence grâce aux bases de données des armées scandinaves. En effet, depuis plusieurs décennies, dans le cadre de l’armée, les jeunes hommes passaient des tests de QI. Toujours les mêmes.
Edward Dutton affirme que le QI a augmenté jusqu’au milieu des années 90 pour baisser depuis.

Il a noté également qu’en Finlande, le QI baisse de 2 points par décennie.

Quand on sait qu’un « écart-type » dans le calcul d’un QI est de 15, le calcul est vite fait …

Et pour ne rien arranger, ce phénomène n’est pas observé que dans les pays du Nord, mais partout sur la planète.

Le crétinisme

Le crétinisme était autrefois un terme utilisé pour évoquer une personne de petite taille, qui souffrait d’un retard mental et avait un goitre (autrement dit, une hypertrophie de la glande thyroïde).

cretin-savoie-trottecocotte

Crédits : 123savoie.com

La personne atteinte de crétinisme subissait un retard mental en raison d’un mauvais fonctionnement de sa thyroïde.

C’est un médecin britannique qui a découvert cela en effectuant des recherches sur un peuple de Papouasie Nouvelle-Guinée en 1966. Il démontra alors scientifiquement que le mauvais fonctionnement thyroïdien est lui-même dû à une carence en iode de la mère lorsqu’elle portait son enfant. Avant même de naître, les foetus étaient donc déjà porteurs du handicap appelé « crétinisme ».

La chimie, mortelle pour nos capacités intellectuelles

Du rouge à lèvre au fond de teint, de la nourriture au liquide vaisselle, de la bougie au placard du salon, de l’ordinateur au canapé, pour finir au pyjama que nous portons, nos vies baignent dans le chimique.

En plus de la carence en iode qui affecte les populations, d’autres menaces invisibles pèsent sur les thyroïdes. Elles impactent le développement cérébral de l’enfant à naître et modifient aussi le comportement des enfants comme des adultes.

Dans notre environnement, de nombreuses substances présentent des structures comparables à celles de l’iode. En fait, ces substances sont même classées au même endroit dans le tableau périodique des éléments.

tableau-periodique-elements-chimiques-trottecocotte

Notre corps est rempli de chlore, de fluor et de brome (qui se trouvent dans le rectangle bleu avec l’iode sur le visuel au-dessus). Les scientifiques pensent que le corps confond ces substances avec les hormones thyroïdiennes … Les molécules de chlore, fluor et brome peuvent donc prendre la place des hormones thyroïdiennes et perturber le fonctionnement hormonal.

Des perturbateurs endocriniens qui influeraient sur le développement du cerveau …

Et le problème c’est que le chlore, fluor et brome se cachent partout dans notre environnement ! Et de plus en plus !

Les PCB ou polychlorobiphényles étaient présents dans le plastique, la colle, et les peintures). Interdits depuis des années, nous les retrouvons encore. Le tris présent dans le retardateur de flammes, les pesticides dans les aliments, et bien d’autres substances sont également partout !

Le documentaire donne des nombreux exemples édifiants. Mais au final, comment cela va-t-il évoluer ?

Reverrons-nous un autre Bach ? Un autre Mozart ?

Un enfant qui naît aux Etats-Unis de nos jours a plus de 100 substances chimiques détectables dans le sang à sa naissance.

Inutile d’aller bien loin et d’être un grand scientifique pour se poser des questions.

Qui peut dire aujourd’hui par exemple qu’il n’a jamais entendu parler d’autisme ? Nous côtoyons tous de près ou de loin un adulte ou un enfant porteur de ce handicap.

1 enfant sur 68 est aujourd’hui diagnostiqué autiste aux Etats-Unis. Un chiffre qui donne le tournis et qui, selon les scientifiques, ne cesse d’évoluer à la hausse …

Qui peut-dire qu’il n’a pas entendu dans son entourage une amie ou une tante évoquer ses élèves devenus insupportables ? Manque d’attention, hyper activité, sont des mots et des maux qui reviennent de plus en plus régulièrement chez les professionnels qui encadrent et s’occupent des enfants.

Combien de parents lancent des pétitions pour essayer de protéger leurs enfants fréquentant des écoles rurales régulièrement arrosées par les produits chimiques de l’agriculteur du village ?

La liste est longue. Ces exemples nous parlent à tous et nous font réfléchir. Les enfants d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes qu’hier. Alors demain ?

_ _ _ _

Les sceptiques ont beau rire et minimiser ce que nous voyons les uns et les autres, dans nos vies, à nos échelles, nous sommes tous impactés par notre environnement qui change.
Quand je parle d’environnement, je veux aussi parler de nos modes de vie. Nous sommes dans une journée beaucoup devant nos écrans, l’éducation des enfants évolue, nos comportements évoluent au rythme de la technologie, … Bref, nous devons prendre conscience que le changement est là, bien là, aussi insidieux soit-il.
Comme une boule qui roule dans la neige, elle emporte tout sur son passage, et de plus en plus vite, pour finir éclatée sur une pierre, anéantie. Mais ici, la neige est remplacée par l’humain. Le drame en est d’autant plus impactant.

 La consommation étant l’un de nos pouvoirs, soyons conscients que nos actes d’achats nous font acheter le monde qui va avec !

Notre automne 2017 !

Vue du Perchoir

Notre automne 2017 !

L’automne est désormais bien là, nous nous dirigeons même tout doucement vers le mois de décembre qui annonce l’hiver et les jolies fêtes qui vont avec !

Des couleurs éclatantes, des feuilles tapissant le sol, des balades fraîches qui se terminent avec une tasse chaude dans une main et dans l’autre, un livre.

Cette saison a beaucoup inspiré les poètes comme Victor Hugo ou les chanteurs comme Serge Gainsbourg. Pour beaucoup, la mélancolie les envahit, tandis que d’autres célèbrent les mille nuances au détour des chemins.
J’ai voulu savoir ce que cette saison vous inspirait ! Facebook et Instagram ont été mis à contribution pour diffuser « l’appel ». Merci aux lectrices qui m’ont envoyé une ou deux photos de leur automne, avec un petit mot.

L’automne vue par les artistes

Victor Hugo, avec Dernière gerbe voit l’été fondre, tandis que Gainsbourg dans La chanson de Prévert évoque les amours mortes, telles les feuilles qui jonchent le sol. Henri de Toulouse-Lautrec dira que « L’automne est le printemps de l’hiver ». Trois artistes, trois arts et trois références à l’automne.

poeme-victor-hugo-dernieregerbe-automne-trottecocotte

Si vous souhaitez visualiser le poème en plus grand, cliquez dessus ! 

 

La chanson de Prévert, interprétée en 1962 par le regretté Serge Gainsbourg

 

L’automne des lecteurs de Trotte cocotte

Au fil des jours, j’ai reçu des photos de votre automne 2017 ! Merci à vous ! Une belle balade dans vos différents univers !

Constance

automnedeconstance-trottecocotte

 » Cette photo est remplie de mélancolie et de beauté car elle a été prise dans les Cévennes dans un petit coin de paradis de notre enfance à l’Espérou. (Tu vas te dire ce que je faisais dans ces contrées lointaines, nous y sommes allés pour enterrer notre papa à quelques kilomètres de là).

Cette photo, prise dans le brouillard, est un appel à la vie, à la transmission et à la grandeur de l’espoir. J’aime beaucoup le contraste entre le premier plan et le deuxième plan avec ces bourgeons qui ne demandent qu’à éclore après une hibernation bien méritée !

Sans oublier ces petites gouttelettes d’eau qui sont très belles. »

Merci Constance, nous pensons fort à toi qui as perdu ton papa récemment. Cette photo prise durant un moment difficile est un beau cadeau que tu fais à chaque lecteur.

Marguerite

Marguerite m’a fait parvenir cette photo prise durant ses vacances en Italie pendant la Toussaint. Une photo avec un superbe coucher de soleil sur le lac de Côme.

automnedemarguerite-trottecocotte

« Que dire du lac Majeur, des Îles Borromées, du lac de Côme sinon plaindre les gens qui n’en sont pas fous » #Stendhal

Merci Marguerite pour cette superbe photo, et cette citation si inspirante.

Laure

Laure m’a envoyé ces deux photos de son Berry où elle aime se ressourcer dès qu’elle le peut. Entre photo de fin de journée et balade à cheval.

« #automne #couleurs » ! Merci Laure pour tes jolies photos toute en sérénité.

 Gwenola

Nous changeons maintenant d’altitude, direction la Haute-Savoie pour une petite balade en montagne ! Je vous laisse admirer !

cerf-bord-route-automne-trottecocotte

Un cerf au bord de la route en pleine nuit (pris avec un téléphone portable !), le lac vert magnifié par les nuances d’automne et les premières neiges de la saison !

Il paraît que certaines montagnardes sont un peu poètes :

« En des tournoiements frivoles
l’automne se donne
des airs de fausse folle.
Revêtu de pourpre, de doré,
il s’élance,
s’effeuille,
érotique,
et cette danse épique,
est déjà un deuil.
Il étincelle,
rappelant l’été,
pendant que ruissellent, ruissellent,
les torrents glacés »

Eudes 

Nous terminons les contributions des lecteurs par une photo prise par Eudes de l’association Paris méandres, donc je invite à suivre l’actualité sur Facebook si vous êtes sur ce réseau social. Un amour de Paris transmis avec authenticité. Ca vaut le détour !

seine-paris-parismeandres-automne-trottecocotte

La Seine calme au petit matin ! Une vue magnifique de ce bijou de ville ! 

L’automne de Trotte cocotte :

Si vous suivez mon fil Instagram (@trotte_cocotte), vous aurez vite remarqué que certes, je vis à Paris en ce moment, mais c’est la campagne de Bourgogne qui me fait vibrer !

Voilà un petit aperçu de ma virée dans ce doux pays, cette jolie Côte d’Or si bien nommée …

Les balades dans les vignes dorées où la discussion avec un vigneron vient ponctuer le parcours, les marches à travers prés et chemins avec, à la clé, de beaux champignons. La contemplation, au calme, et sous le soleil orangé d’automne. Les paysages magnifiés par les milliers de couleurs, la nature qui commence à hiberner, la sérénité d’une feuille prenant son temps pour tomber. Comment ne pas y voir le bonheur ?

 

Que de diversité dans ces clichés et que d’explosion de couleurs ! Merci à tous pour vos très beaux clichés, pris sur le vif ou  travaillés. 
À très vite pour de nouveaux partages. 

Quittons-nous devant une allée d’arbres encore parés d’orangé <3

allee-arbres-bourgogne-automne-trottecocotte

Actrice et trisomique : merci Marie pour ton témoignage !

Vue du Perchoir

Actrice et trisomique : merci Marie pour ton témoignage !

Cet article n’était pas prévu au programme. A vrai dire, j’avais envie de faire un petit point sur l’existence du blog et ce que je prévois pour lui dans les mois à venir, avant ! Mais ainsi va la vie, une succession d’opportunités à saisir !

Hier soir je n’ai pas pu résister à l’envie d’écrire un petit article sur une nana au courage et au témoignage extraordinaires !

Il s’agit de Marie Dal Zotto qui sera à l’affiche cette semaine d’un téléfilm, « Mention particulière », dans lequel elle joue le personnage de Laura, une jeune trisomique qui vit sa vie avec ses particularités.
Dans l’émission 7 à 8 diffusée ce dimanche soir, Marie a parlé de sa vie, de son parcours de petite fille différente jusqu’à devenir une femme accomplie. Elle rêvait du petit écran, et elle l’a fait !

marie-dal-zotto-sept-a-huit-trottecocotte

Cliquez sur la photo pour regarder la vidéo !

La joie de vivre malgré le handicap

Ce qui m’a toujours interpellée quand j’ai rencontré des personnes atteintes de trisomie 21, c’est leur sourire et leur joie de vivre, malgré cette petite différence (que certains guignols aiment leur rappeler régulièrement).

C’est d’ailleurs sa joie de vivre que Marie évoquera en premier dans l’interview ! Elle pense que son handicap lui en a fourni une dose plus importante qu’aux gens « ordinaires », comme elle les nomme. Et que nous justement, les gens ordinaires, avons à apprendre cela d’elle, comme de tous ceux qui ont ce chromosome en plus !

Ce chromosome en plus qui prend la forme d’« une erreur » dans une scène du film … On y voit Laura (interprétée par Marie) face à ses parents qui bafouillent. Elle comprend au final que sa naissance est une erreur, et qu’en raison de son handicap, elle n’aurait pas dû naître.

Ouch. Les choses sont dites, et à méditer.

[La page facebook de Louise à suivre pour s’y aider]

Les moqueries : ça suffit !

Marie raconte n’avoir eu besoin de personne pour comprendre qu’elle était handicapée. Lorsqu’elle se comparait à ses sœurs, par exemple, elle sentait une différence. « Pourquoi eux ils ne sont pas handicapés et pourquoi moi ? » se demande-t-elle.

La journaliste insiste en lui demandant à quel moment elle s’est rendue compte de son handicap. Marie renchérit « Assez rapidement. Par rapport au jugement, au regard, aux insultes, à l’humiliation ». Elle a souffert dans la cour de récré ou en classe, se faisant traiter de « cotorep, mongole, d’escargot ».

Elle dira même que c’est le théâtre qui l’a sauvée et l’a fait grandir, jusqu’à lui donner la force de répondre aux moqueries par l’humour. On n’a pas encore inventé plus efficace !

C’est à ce moment-là notamment qu’elle a changé son regard sur elle et donc sur son handicap …

Difficile pour le téléspectateur de ne pas se replonger dans ses souvenirs d’enfance qui font ressurgir les épisodes de moqueries. Dans les cours de récré, pas de cadeau. Et si seulement cela disparaissait avec l’âge … Là encore, à méditer.

[Petite pause plus que sympathique en vue]

Un petit aperçu d’un restaurant pas comme les autres qui a émerveillé la France entière il y a quelques mois de cela !

[Alors, vous avez aimé la petite pause plus que sympatique ?]

Le handicap, loin de la fatalité

Nous apprenons rapidement de l’aveu même de Marie qu’elle est amoureuse. Un coup de foudre.

Celle qui a pris son indépendance en déménageant dans un studio qu’elle gère seule concernant le ménage, les courses et les repas, a en fait un autre grand désir. Celui de pouvoir vivre sa vie de femme à fond, en s’installant avec son amoureux. « Malgré les différences, et malgré tout ce qui pourra traverser sa route », elle aspire tout simplement à la vie la plus normale qui soit pour un être humain.

Les regards changent mais la partie n’est pas encore gagnée.

katie-atteinte-de-trisomie-devient-egerie-d-une-marque-de-beaute-trottecocotte

Kattie est devenue en 2016 l’égérie d’une marque de beauté dont la traduction en français signifie « sans crainte » !

Je vais volontairement me faire l’avocate du diable, mais une question me taraude. Comment voulons-nous que les mentalités changent réellement à partir du moment où tout enfant atteint d’un handicap, a 96% de chances de ne pas naître ?

Je pense que toute notre société est impactée par la recherche de la perfection, en tout et tout le temps. Nous ne supportons pas ce qui dépasse, car c’est une erreur. Et les erreurs, il faut les éviter !

Or, que serait une société où ne vivent que des clones ayant les mêmes capacités, les mêmes santés, les mêmes personnalités, les mêmes goûts, les mêmes aspirations ?

La différence est une chance, malgré les souffrances qu’elle entraîne et qui ne sont pas à minimiser. Il n’y a pas que la fatalité, il y a aussi la volonté, la bienveillance et l’acceptation.
En cela, nous sommes tous responsables du regard que nous portons sur les autres. Et si on essayait d’accepter l’autre avec ses qualités et ses faiblesses ? Si on essayait de vivre en paix, sans juger en permanence ? Tout le monde en serait plus heureux, et les Marie nous remercieraient avec leur plus beau sourire !

Je crois que Marie transporte comme la majeure partie des trisomiques que j’ai pu croiser , des containers de gentillesse.
Marie, ne change pas, et continue de jouer devant ce monde qui regarde l’écran, pour lui montrer quel est ton langage ! Ton langage c’est celui de l’amour ! 

Quelques vidéos pour commencer sa transition !

Vue du Perchoir

Quelques vidéos pour commencer sa transition !

Suite à l’article que j’ai publié sur le reportage consacré à Pierre Rabhi récemment dans l’émission de France 2 « 13h15 le samedi », plusieurs d’entre-vous sont venus me dire qu’ils avaient appris beaucoup de choses car ils ne connaissaient pas cet homme. Ils prévoient de s’intéresser à son action et cela me réjouit !
Mais au fond, ils étaient presque déçus car ils ont l’impression de manquer d’informations et de direction(s) pour commencer une transition dans leur vie.

[APPARTÉ]

Je vais sûrement le répéter encore, mais il n’y a aucune petite marche à monter ! Chacun fait ce qu’il peut et la culpabilisation n’est pas de mise sur ce blog. Pincez-moi si je dépasse les limites !

Le plus grand pas est peut-être celui de prendre conscience que nos vies doivent évoluer et que nous devons accorder du temps à réfléchir à réorganiser nos vies et nos choix de vie, petit à petit. Au hasard : notre alimentation, notre habillement, nos produits d’hygiène, les produits d’entretien, nos déplacements, nos voyages, nos loisirs, … !

L’image pour mieux cerner les enjeux

Au fond, quoi de mieux que l’image pour mieux cerner les choses ? Ces dernières années, les vidéos et films se multiplient. Ceux qui se posent des questions utilisent beaucoup ce moyen « parlant » pour faire passer leur message. Avant de commencer à lire, je vous propose de « voir » !

Je vous propose donc une petite série de vidéos ou de films à regarder ! Youtube ne manquera pas de vous suggérer beaucoup d’autres vidéos ! Vous serez lancés 😉

La liste n’est pas exhaustive, mais je trouve que c’est une bonne manière de commencer à s’interroger. Impossible d’attirer votre attention sur tous les sujets aujourd’hui car je n’ai moi-même pas pris conscience de tout. La tâche est immense ! Des centaines de sujets posent question ce qui a fait naître en conséquence des centaines de mouvements (dits alternatifs). Ils portent, chacun à leur manière, leur sujet de prédilection et donc un bout de la transition.

Prêts pour visionner une première petite goutte d’eau dans l’océan de sujets intéressants et d’actions concrètes ?

Vidéos en pagaille

    • On vous l’a sûrement rabaché, mais je décide de le faire moi aussi, tant pis ! Si ce n’est pas déjà fait, prenez le temps de voir le film « Demain » proposé par le réalisateur Cyril Dion.
    • Si vous souhaitez écouter Pierre Rabhi encore et encore, voilà « Les clés du paradigme ». N’hésitez pas à regarder les conférences qui vous seront suggérées !
    • Vous la verrez dans le film « En qûete de sens » dont je vous parle après. Je parle de Vandana Shiva, une indienne dont le combat pour le respect des agriculteurs de son pays est devenu mondial. Une rencontre a été organisée à « La Villette » à Paris fin 2015 avec Pierre Rabhi. La conférence est longue mais passionnante !
    • Si vous avez envie de voir comment certains essayent de construire un nouveau modèle de vie « en communauté », l’une des filles de Pierre Rabhi et son mari se sont lancés dans la création du Hameau des Buis. L’expérimentation est toujours en rôdage, et les ajustements bien présents, mais la vidéo est une belle source de réflexion.
    • En quête, ils sont allés rencontrer ceux qui se posent aussi des questions à travers le monde. Des images émouvantes, des paysages splendides, le film « En quete de sens » vaut le détour !
    • Pour continuer la réflexion sur les semences, bienvenue dans « La guerre des graines ».
    • Certains ont décidé de « Vivre autrement ». Ils se présentent à vous dans cette vidéo.

Pour continuer

Si cela vous intéresse (n’hésitez pas à me soumettre des idées ou des demandes en commentaires tout en bas de cet article 👇🏻) je ferai des articles plus spécialisés !
Des sujets importants (permaculture, agroécologie, déchets, habillement, …), des acteurs à connaître, des pages facebook à suivre, …

Les idées ne manquent pas et nous ne faisons que commencer notre cheminement !

Fainéants … Vraiment ?

Vue du Perchoir

Fainéants … Vraiment ?

Francais = ??

Alors que je me douchai ce lundi matin en compagnie de France info, un journaliste évoqua la dernière parole remarquée de notre Président Emmanuel Macron.

Ce dernier avait traité une bonne partie des français de « fainéants ». Le porte-parole du gouvernement voyant les esprits s’échauffer, continua le journaliste, s’était empressé de rectifier le tir en précisant la pensée du Président. Selon lui, le Président avait voulu viser ses prédécesseurs. Ouf, me voilà rassurée ! Pendant que Chirac, Sarkozy et Hollande se prenaient une belle veste, les français étaient épargnés.
Mais Emmanuel Macron a depuis précisé ses paroles, en affirmant au passage qu’il ne les regrettait pas. Il parlait en fait de tous ceux qui s’opposent à sa politique de réforme en France et en Europe. Il visait donc au fond, de nombreux français à en croire les sondages …

Cafouillage, bonjour !

Le Président qui « traite »

Je ne sais pas ce qu’a vraiment voulu dire Emmanuel Macron, et à la limite, je ne le saurai jamais. Mais ce que je sais, c’est qu’il continue dans la droite-ligne de son prédécesseur. Il « traite » les français. Après les sans-dents d’Hollande, « ceux qui ont réussi et ceux qui ne sont rien » de l’actuel président, voilà un nouvel épisode de crispation.

Après une campagne chaotique et acharnée, à la conquête de français qui ne le connaissaient que finalement peu et qui le considéraient comme « le banquier de Rotschild », il a fini par être élu. Si nous ne saurons jamais la vérité, au fond, nous avons de fortes chances de penser que le Président a beaucoup de mal à respecter ceux qui l’ont porté à la présidence, et ceux qui ne l’ont pas porté à la présidence. Tous les français en somme.

Depuis le début de sa présidence, et même avant diront certains, il montre beaucoup de vélléités à l’égard de ceux qui ne sont rien, ou pas grand-chose.

Il semble détester la faiblesse, la vie simple sans argent qui coule à flot, l’échec … Et j’ai pu le constater, il fait beaucoup de dégâts.

Une société qui digère mal

Mine de rien, toute parole blessante laisse derrière elle des crispations ! Nous nous en rendons compte lorsque nous blessons quelqu’un alors que nous aurions dû nous taire ou que la parole incisive ou hâtive d’un autre, nous atteint.

J’ai croisé ou rencontré beaucoup de monde lors de ces deux derniers mois. J’ai aussi beaucoup échangé. Et j’ai perçu une grande lucidité des gens vis-à-vis de celui qui est devenu le Président de la France en mai dernier. Au point que je me suis demandée qui avait bien pu voter pour lui par adhésion … !

J’ai entendu des personnes qui sans forcément se plaindre serrent les dents parce que leur vie n’est pas évidente. Parce qu’elles lancent une entreprise, à cause du travail, des enfants, d’un divorce, de la maladie, de la dépression …

Et je ne peux pas dire que j’ai vu des gens heureux d’être dans la difficulté. Je n’ai au fond pas vu de fainéants, qui ne font rien sauf se faire assister la bouche grande ouverte.

« Cela laisse des traces » me dira une soixantenaire … J’en suis bien désolée, mais je le crois aussi.

La vie de ceux qui ne sont rien

Comme je le disais avant, j’ai croisé de nombreuses personnes cet été. Des citadins, des ruraux, des jeunes, des personnes âgées, des riches ou des pauvres, des travailleurs ou des chômeurs. Et je peux dire que ceux qui souffrent sont d’une dignité affolante. Loin de se laisser aller, ils savent souvent qu’ils ont failli à un moment de leur vie, mais ils la poursuivent comme ils peuvent sans en vouloir à la terre entière ni s’imaginer mal en point toute leur vie.

Cette vie qu’ils m’ont décrite, je n’en voudrais pas comme ils n’ont plus très envie de la vivre. Ils ont fait/ou font des choix que notre Président n’aurait pas fait ? D’accord, chacun son chemin.

Ce ne sont pas pour autant des fainéants.

[Vue du perchoir est la rubrique du blog où l’expression est libre. Rebondir, comprendre, transiter ensemble, comme j’ai pu l’expliquer dans mon premier article !]

C’est parti !

Vue du Perchoir

C’est parti !

Cher lecteur,

Dès la première ligne que je rédige sur ce blog, j’ai envie de m’adresser à toi.

Tu es déjà là, et pourtant je ne t’ai sûrement parlé que vaguement de mes divers projets dont ce blog, Trotte cocotte ! Tu es peut-être aussi là parce que tu as vu passer ma page facebook ou bien une image sur Instagram.

J’espère que tu partageras avec moi certaines envies, certaines curiosités, certaines idées, certains rêves et puis certains constats.

Mon ambition est de faire de cette adresse sur internet, un lieu de partage de découvertes, de connaissances, d’échanges, de bons plans, de caquètements (n.m : crier (poule) – bruit, émettre, exprimer).
D’ailleurs, as-tu remarqué que je te tutoie alors que je ne te connais peut-être pas encore ?
C’est parce que l’une des intuitions de ce blog est de replacer la rencontre au cœur de nos vies, laissant de côté la défiance et l’hésitation !

Je parlais des intuitions de ce blog. Mais au fond, sais-tu quelles sont-elles ? Loin de moi l’idée de vouloir toutes les énumérer pour déjà verrouiller cet espace qui évoluera, je l’espère au gré de nos discussions et de nos attentes.
Ces intuitions sont le fruit d’une réflexion entamée jour après jour depuis la fin de mes études.

Je me questionnais tout en ayant le sentiment de ne pas être la seule. Aiguillée par des amis, Trotte cocotte est né de l’envie d’avoir un salon sur internet pour y échanger.

{Ne vous en faites pas, c’est fini dans quelques temps 😀 ! Les premiers articles c’est toujours un peu long. Il faut poser de solides bases pour partir du bon pied !}

Ici, j’ai envie en priorité de vous parler d’un sujet : la transition. Vous me direz, c’est vaste.
Je vous répondrai oui, mais justement. A chacun de trouver sa manière de transiter…

J’ai pour ma part choisi deux angles pour la mienne. Un challenge à relever ! Deux constats que beaucoup ont fait ou font et auxquels je le crois, nous devons trouver des réponses. Nul besoin de Révolution, de remise en question totale de nos vies, seulement des actes concrets posés pas après pas.

En premier lieu, je crois profondément que notre société est en train de perdre en saveur car nous, ses membres, sommes assez peu en liens. A l’heure des nouvelles technologies qui nous permettent de communiquer d’un bout à l’autre de la terre presque instantanément, nous nous retrouvons paradoxalement relativement seul « physiquement ». Confinés dans nos appartements, la rencontre et le lien ne sont plus une évidence.

En second lieu, nos habitudes de vie et notre manière de consommer dégradent la terre qui montre des signes de faiblesse.

Il est donc urgent de prendre les choses à bras le corps et à bras le cœur afin de construire et de penser demain !

5 rubriques pour découvrir, penser et s’inspirer : Vue du perchoir I En chemin I Faiseurs I Trajectoires I Vie de style.

Enfin, dès aujourd’hui, vous pourrez m’écrire sur cette adresse spécialement dédiée à nos petits mots : bonjour@trottecocotte.com ! Un espace est aussi prévu pour que vous me laissiez votre adresse courriel si vous le souhaitez afin que je puisse vous écrire quand j’en aurai le temps.

 

A très vite ! Yeah ✌🏻 !