Catégorie : Beauté & Santé

Pâquerettes en huile !

Beauté & Santé

Pâquerettes en huile !

Quand on les voit pointer le bout de leur nez dans le jardin, aux côtés des primevères et crocus, c’est un signal irréfutable que la belle saison n’est plus très loin.

Comme chaque année, je remets mes yeux d’enfant et je les prends en photo comme pour bien me souvenir que « c’est bon, le plus dur est passé ! ».

Je ne sais pas vous, mais je ne suis pas une fille du Nord, même si j’aimerais beaucoup découvrir la Suède et le Danemark notamment alors forcément, je vis l’arrivée du printemps comme une « délivrance ».

Cette année, j’ai trouvé en fouinant un peu sur le réseau d’une entité que je suis (et dont j’aimerais bénéficier d’une formation un jour émoticone yeux cœur), une recette avec ces jolies pâquerettes de nos jardins.

Toute simple et pleine de promesses, c’est un petit pas de plus vers la connaissance de ces plantes qui nous entourent et qui peuvent nous apporter beaucoup dans nos vies quotidiennes. Allez, c’est parti pour la recette du macérât de pâquerettes de l’Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels … illustrée par Trotte cocotte, ravie de revenir par ici pour un article santé-beauté DIY pas bien court ! Allez, on y va ?

Les bienfaits de cette préparation

Pour nous mettre l’eau à la bouche, voici les effets que cette préparation à la pâquerette aurait sur nos corps.

Ce macérât aurait des propriétés raffermissantes pour le ventre, les bras, les cuisses. Galbant pour le cou, le buste, le décolleté en redonnant de la fermeté à la peau !
Il est également reconnu pour ses propriétés réparatrices car il favorise la circulation sanguine. En cas d’oedème ou de tissus enflammés et abîmés, il peut être un précieux allié !
Enfin, comme toute huile, elle est nourrissante et notre peau ne nous en voudra jamais de lui donner de quoi rayonner !

… Je sais que parmi celles qui me suivent, plusieurs sont enceintes actuellement. Nous avons peut-être la solution pour une période post-grossesse adoucie J

Les ingrédients

-une petite corbeille

-de l’huile d’olive bio (à vous de définir la quantité dont vous allez avoir besoin en fonction de la quantité de macérât que je vous souhaitez)

-un ou des pots pour préparer la macérât (pendant 21 jours au minimum) Pour ma part, j’ai pris des pots en verre Bonne maman pour ne pas la nommer, que l’on utilise pour les confitures

-des bouts de tissu qui serviront à recouvrir le(s) pot(s) pendant toute la durée de préparation du mélange

-des élastiques pour tenir le tissu autour du pot. Pour ma part, j’ai découpé de la ficelle en chanvre que j’avais à portée de main !

-un récipient à verre foncé qui pourra accueillir l’huile prête à être utilisée

-un filtre pour filtrer la préparation

-une étiquette pour dater la préparation

1ère partie : La cueillette

Que vous ayez ou non à jardin à vous, les pâquerettes font partie de ces  fleurs que l’on trouve partout au printemps !

L’idée est qu’elles ne soient pas trop abîmées pour que vous puissiez les cueillir.

Il est conseillé de les cueillir par temps sec si l’on veut effectuer la préparation tout de suite ou de les laisser sécher une journée si elles sont trop humides.

2ème partie : La préparation du macérât

Après avoir cueilli des pâquerettes qui sont donc encore fraîches et qui ne doivent pas être pour autant humides*, placez-les dans le bocal que vous avez choisi pour la macération.

Versez ensuite l’huile d’olive bio jusqu’à ce que toutes vos pâquerettes soient recouvertes ou même un peu plus selon la quantité de macérât que vous souhaitez obtenir.

C’est le moment de placer le petit bout de tissu sur votre pot de façon à ce que le mélange puisse respirer durant la macération. N’oubliez pas l’élastique autour du pot pour que le tissu ne s’envole pas ! *Si vos pâquerettes sont encore humides, n’hésitez pas à les laisser sécher une journée.

3ème partie : Le temps d’infusion

J’en suis pour ma part exactement là, et j’ai hâte de passer à l’étape suivante !

Il est à priori nécessaire de faire reposer son macérât durant 21 jours au moins (cela peut aller jusqu’à 40 jours selon la recette de l’Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels !); au chaud, au soleil ou derrière une vitre.

Mais attention, les UV ne sont pas bons pour le mélange, vous pouvez donc prévoir un sac en papier kraft pour le protéger de ces rayons !

Régulièrement, vous pouvez venir remuer le mélange.

Lorsque le macérât est préparé l’hiver avec des pâquerettes séchées, il faut le placer près d’une source de chaleur. Ou pour aller plus vite, faire chauffer à feu très doux le bocal pendant 2 heures au bain-marie.

4ème partie : la mise en bouteille

C’est l’heure de de filtrer la macération pour la préparer à l’embouteillage.

Il n’est pas nécessaire d’ajouter des conservateurs car l’huile d’olive est stable. Quelques gouttes d’huile essentielle de citron ou de lavande vrai (lavandula angustifolia) avec un dosage de 1à 5% donc 1 goutte pour 100 ml de préparation.

N’oubliez pas d’étiqueter votre pot pour préciser sa date de fabrication.

5ème partie : L’utilisation et la conservation

Vous pouvez utiliser votre précieux macérât un an dans un endroit plutôt frais !

C’est parti pour de bons moments de massage pour vous passer cette huile !

On s’en dit des nouvelles dans quelque temps ? 🙃

Objectif du mois : ralentir le burn-août !

Beauté & Santé

Objectif du mois : ralentir le burn-août !

Je ne sais pas si je fais un début de burn « août » mais la vie qui ralentit ces derniers jours me fait un bien fou. Bon, en fait, je crois que je suis très très loin d’être la seule. Pas vrai ?

Même si je les appelais de mes vœux, les grosses chaleurs de cet été sont quand même les ennemies de la productivité. Et ça, ma pauvre dame, je n’en veux pas ! Mon été plutôt studieux sera tant qu’à faire le plus possible au vert, le bitume parisien évanouissant toute bonne volonté !

Comme parfois, j’ai un peu l’impression de marcher dans les sentiers battus à la recherche des marronniers (de l’été), mais que voulez-vous, il y a des constats qui ne nous échappent pas et qui permettent de faire du bien à nos vies !

L’été nous fait changer de rythme, nous donne la pêche, nous motive à coup de soleil, d’amitié et d’apéros, que nous travaillions ou pas ! Tour d’horizon de ces pratiques de l’été qui nous boostent pour la rentrée !

Moins d’écran

Tout a commencé la semaine dernière par un constat que j’ai fait du fond de mon lit. Il devait être 21h30, je profitais du chant des oiseaux la fenêtre ouverte et je n’avais qu’une envie, snober mon mac ! Lui qui pourtant fait partie intégrante de ma vie, qui se bat en duel avec les amis pour savoir qui passera la soirée avec moi … Ne m’intéressait pas.

Signe que le tourbillon de la vie et du quotidien en surchauffe peuvent parfois nous éloigner de ce dont nous avons profondément besoin et que nous retrouvons aussi vite qu’il était parti : du calme pour nous ressourcer.

Je ne sais pas vous, mais depuis ma chambre parisienne, j’ai souvent du mal à « ne rien faire », de productif j’entends ! Je réfléchis, j’écris, je regarde des vidéos, je lis des articles ou des cours .. Bref, je suis bien souvent devant un écran, toujours un peu dans l’action. (Bien vaine d’ailleurs à bien y regarder …)
Et quand je m’accorde une soirée, c’est parce que je sors ! Dans le métro ou ailleurs, je zieute encore pas mal mon écran de téléphone. Et je suis encore dans l’action.

Peut-être suis-je un ovni mais j’ai l’impression que nous sommes nombreux à fonctionner de cette manière !

Au fond, comme nous tous, je ne suis pas faite pour cela. J’ai besoin de m’aérer l’esprit, de ne rien faire qui « serve » autre chose que mon moi, parfois. L’action pour l’action …
Et j’ai surtout besoin de lever le nez des écrans qui m’entourent au quotidien.

Un sommeil rééquilibré

Sortir de l’ambiance de la ville ou plutôt de « notre ville » permet aussi de rééquilibrer son sommeil. Le rythme est bousculé, l’air hors des villes est plus frais, le bruit et les lumières ne viennent pas perturber les nuits et je tout cela amène calme et apaisement.

Lorsque je suis dans « ma » ville, Paris, et que je rentre tard, je prends un chauffeur privé ou le taxi, je vois, je discute ou je croise des choses et des gens qui me perturbent. J’ai au fond la tête remplie de ces sujets de la vie et de la société qui interrogent.

En province ou à la campagne, rien de tout cela ! Juste la nature à contempler … et le sommeil à facilement trouver.

Et puis, le manque de sommeil n’est-ce pas l’un des plus gros combats de notre mode de vie dit « moderne » ? L’un des grands maux de notre siècle ? Les pédiatres les premiers s’alarment, nageant dans un océan de courants contraires.

Faire silence

Vaste sujet que celui d’être dans le silence. Ou de se taire, pour commencer. Dans une société qui s’accélère et dont ses membres sont en permanence reliés grâce à leur smartphone, le silence en deviendrait presque un gros mot.

Et pourtant, difficile de trouver un chat en ville pour aller boire un verre ces temps-ci.

J’ai pour ma part vu mes amis avant de nous séparer pour les uns pendant quelque temps ou de nous retrouver pour les autres pour quelques jours de (vraies) vacances.

Plus le temps passe, plus il me paraît évident que nos portables vont tourner au ralenti dans les prochaines semaines. Moins de messages, moins de whatsapp ou d’appels, mais bel et bien la liberté de vivre nos moments de repos en pensant à nous et à ceux qui nous entourent en laissant les autres à Paname ou dans les villes où nous habitons.

Se donner la liberté de se retrouver … Belle preuve d’amitié non ?

– – –

Et si l’on pouvait ralentir la consumation du mois d’août ? On ne dirait pas non, non ? Allons, soufflons pour mieux se retrouver ! A la rentrée ?

Assainir sa peau façon bénédictine !

Beauté & Santé

Assainir sa peau façon bénédictine !

Sans transition, la peau malmenée par le froid de l’hiver commence à se frotter aux rayons puissants du soleil. On ne le dira jamais assez, mais il est important d’en prendre soin, tout comme prendre soin de son corps et de son esprit, finalement. Vous aussi vous pensez maintenant à LA phrase que vous avez apprise en latin et que vous ressortez pour briller en soirée ? « Mens sana in corpore sano » – Un esprit sain, dans un corps sain.

Quand mes amis viennent à la maison ou que nous faisons des week-ends ensemble, elles sont toujours un peu étonnées de la lotion verte que j’utilise après m’être nettoyé le visage !

Si je prévois de vous parler très vite de mon nettoyant visage que j’utilise depuis des années et que je n’aurais envie de changer pour rien au monde malgré les sirènes du marketing, c’est bien de ma potion magique verte qu’il s’agit aujourd’hui.

L’eau d’Emeraude

Fin du suspense, ma lotion « magique » toute verte et toute étonnante est de l’eau d’émeraude.

eaudemeraude-benedictines

La précieuse eau d’émeraude venant d’être distillée

Des petites bouteilles en verre de 250 ml qui me sauvent la peau depuis quelques années et je suis donc heureuse de vous en parler aujourd’hui.

Son odeur ne plaît pas à tout le monde, car elle est forte, qu’elle sent les plantes et en même temps l’alcool. Sur l’étiquette, on peut lire « pour la peau et l’hygiène bucale ». Cette décoction est en fait obtenue par « fermentation alcoolique à partir de miel en présence de plantes aromatiques, suivie d’une distillation ».

De l’alcool, du miel, de l’eau, de la menthe, des extraits de romarin, … Je laisse la recette à ses fabricantes, les moniales bénédictines de Bouzy la Forêt que j’évoquerai en dessous.

Il est conseillé de l’appliquer en compresse, en massage ou en bain local.

Madame de Sévigné, blessée à la jambe suite à un accident de carrosse, en fait même l’éloge dans deux lettres envoyées à sa fille.

mmedesevigne-lettres-eaudemeraude-trottecocotteSes propriétés calmantes, purifiantes et apaisantes servent une peau soumise à des problèmes cutanés. Elle délasse les jambes fatiguées en friction, elle rétablit l’hygiène bucale en gargarisme.

Je l’utilise pour ma part sur le visage et le cou. Exactement ce dont j’ai besoin le soir en me démaquillant ! Un petit moment sympathique, plein de douceur et de relâchement ! Et vous ?

Une odeur que j’apprécie, qui me donne le sentiment que ma peau est nettoyée en profondeur, et saine.

Une recette naturelle !

Je suis d’autant plus heureuse d’avoir adopté cette eau, qu’elle est naturelle. Aucune produit toxique, aucun ajout qui lui apporterait telle ou telle propriété. La recette remonte à quelques siècles.

Les bénédictines de Bouzy en parlent sur leur site, en dévoilant que tout a commencé lorsqu’une bonne entrée dans le monastère « Notre-Dame du Calvaire », au cours du 17ème siècle, a apporté le secret d’un alcool médicinal qu’un apothicaire lui avait lui-même transmis pour la remercier de ses services.

Voici quelques photos des moniales préparant la recette. Les photos ont été prises sur leur site, que je vous incite à visiter bien entendu !

 

Issue de la Production des bénédictines de Bouzy-la-Forêt

Ce sont pas moins de 7 000 litres d’eau d’émeraude qui sont produits chaque année par les bénédictines.

La recette est la même qu’il y a quelques siècles, même si les procédés de fabrication s’appuient eux sur du matériel récent.

Les moines et moniales vivent du travail de leurs mains, et subviennent à l’entretien de leurs monastères grâce à la vente de leurs produits.

Croyants ou pas, acheter ces petits flacons verts participe aussi de l’entretien de notre immense patrimoine. Et permet de faire perdurer de belles traditions qui démontrent que la nature nous a tout donné.

Nous n’avons pas besoin de la polluer avec l’utilisation de produits pour vivre correctement, et soigner nos maux.

J’espère que cette découverte vous aura permis de mettre le doigt sur une eau dont vous pourriez, vous aussi, bientôt ne plus pouvoir vous passer !

Je vous remets ici le lien vers le site des moniales si vous souhaitez en savoir plus, et pourquoi pas commander des flacons !

Les pouvoirs ancestraux de la Propolis à l’épreuve de l’hiver !

Beauté & Santé Vie de Style

Les pouvoirs ancestraux de la Propolis à l’épreuve de l’hiver !

Comme vous avez pu le voir sur l’article dédié à cette merveilleuse saison qu’est l’automne ou sur mon compte Instagram, j’étais en Bourgogne au début du mois.

Et qui dit Bourgogne dit presque automatiquement pour notre famille, virée à Dijon. La ville à la chouette regorge de petits délices et de spécialités toutes plus merveilleuses les unes que les autres. Du cassis au pain d’épice en passant par la moutarde, nous avons de quoi aimer la cité ducale.

Mais à vrai dire, ce que nous aimons encore plus à Dijon, c’est aller à la pharmacie. Drôle d’idée, pensez-vous sûrement ! Rassurez-vous, il s’agit d’une pharmacie pas tout à fait comme les autres et que nous aimerions tous avoir à côté de chez nous ! Si si.

Il s’agit de la Pharmacie de la Croix Blanche, dont je pourrai vous reparler si vous le souhaitez, car elle propose des remèdes géniaux.

L’hiver arrivant, j’avais une idée en tête : commencer une cure de propolis ! L’hiver est une période qui fragilise beaucoup nos organismes, nous le sentons tous … Il est donc plus qu’important de prendre soin de soi dès l’arrivée des premiers froids de l’automne, pour passer un bel hiver et économiser ses paquets de mouchoirs et autres alliés bien connus de cette période !

 Qu’est ce que la propolis ?

Un rappel étymologique ne faisant jamais de mal, propolis vient du grec « pro » qui signifie « en avant » et de « polis » qui signifie cité. « En avant de la cité », c’est donc ce qui protège l’entrée.

On a d’ailleurs coutume de voir la ruche comme une cité où tous les membres ont des « fonctions attribuées ». La reine, et les autres abeilles forment une cité dans leur ruche, qu’elles protègent avec de la propolis. C’est une sorte de porte d’entrée, de barrière érigée naturellement et qui protège toute la colonie d’abeilles de l’extérieur.

Ce sont des abeilles « spécialisées » qui récoltent la résine des bourgeons qu’elles butinent. La propolis n’est alors que sous forme de gouttes qui seront transformées à leur arrivée à la ruche.

Un remède millénaire

Le saviez vous ? Les égyptiens, puis les romains et les grecs utilisaient déjà à leur époque cette résine qu’est la propolis !

Les égyptiens l’utilisaient notamment dans leurs rites de l’embaumement et de la momification, les romains en gardaient pour leurs campagnes militaires, les Incas la connaissaient aussi, et plus récemment les russes en administraient à grande échelle dans les cliniques du pays.

Son utilisation

Au sein de la ruche

Les abeilles font de la propolis, cette résine qu’elles butinent sur les bourgeons, leur atout sécurité ! En effet, elles colmatent leur ruche avec cette résine qui est étanche et elles s’en servent également comme moyen de momifier les éventuels étrangers de passage qu’elles ont tués à l’intérieur de leur ruche afin que ces derniers ne diffusent pas maladies et microbes. On perçoit ici les qualités antiseptiques de la matière. Ingénieux !

La propolis est récoltée bien après la récolte du miel, au début de l’hiver. La résine est mise au froid pour la solidifier et lui permettre de conserver ses vertus.

Pour l’Homme

L’Homme étant fragilisé par l’hiver peut commencer au début de cette période, des cures de propolis afin de prévenir l’apparition d’affections respiratoires notamment. Mais pas que !

homme-et-propolis-trottecocotteJustement, quelles sont vraiment les qualités de cette résine ?

Ses qualités médicinales

[Aparté]

Avant de rentrer dans le vif des qualités médicinales de la propolis, j’ai envie de faire un petit détour pour mieux revenir après !

Comme pour beaucoup de choses à mon avis, l’arrivée de la modernité ou plus globalement depuis le début du 20ème siècle, a profondément changé les modes de vie. Il y a eu une tendance à faire table rase des connaissances et des remèdes d’avant. Nous voulions croire que les chercheurs, les ingénieurs et les laboratoires allaient trouver des solutions (révolutionnaires) à nos maux, grâce à la technique.

Force est de constater en 2017 que de gros progrès ont été réalisés et ont amélioré notre quotidien qui n’est plus le même que celui de nos parents ou grands-parents. A fortiori dans le domaine de la santé grâce à la recherche et à la technique.

Mais notre médecine est actuellement plus curative que préventive, et fait appel à des molécules de synthèse plutôt qu’à des molécules naturelles. Pourtant, l’efficacité de ces dernières éprouvée durant des siècles n’a pas disparue.

Je constate avec grande joie que certains professionnels commencent doucement – leurs voix dissonantes dérangent –  à s’élever pour avertir des dangers de la synthèse et appeler à redécouvrir, les remèdes traditionnels.

[Fin de l’aparté :)]

La propolis étant la résine issue des bourgeons et du travail des abeilles, elle n’a pas les mêmes propriétés selon sa provenance, les bourgeons de chaque plante ne renfermant pas les mêmes molécules !

Mais au-delà de cela, des propriétés sont reconnues à la propolis en tant que résine végétale. Le chercheur Nicolas Cardinault les liste d’ailleurs et elles sont multiples : antibactérienne, antivirale, antifongique, antioxydante, anesthésiante, anti-inflammatoire, anti-angiogénique, anti-tumorale et immuno-modulatrice.

Pour le détail de chaque propriété, je vous laisse chercher 🙂 !

Ce que l’on peut retenir, c’est que la propolis s’utilise pour des pathologies bénignes comme malignes, et qu’elles renforcent le système immunitaire. Elle s’utilise donc en traitement curatif ou en cure préventive.

Les différentes formes de la propolis

De nombreuses marques commercialisent des produits réalisés à partir de Propolis. Je vous propose une petite sélection qui n’est qu’une petite goutte d’eau dans l’océan des propositions.

Les produits proposés par la pharmacie de la Croix-Blanche of course !

Le site du professeur Henri Joyeux, médecin controversé car il dénonce les pratiques de notre médecine comme par exemple la vaccination est une mine d’informations. Il s’est beaucoup intéressé aux abeilles jusqu’à leur consacrer un ouvrage. Il a publié en 2016 un entretien avec le professeur Cardinault, un confrère. Retrouvez-le ici.

Pollernegie.fr, le site du professeur Cardinault, qui commercialise le fruit des recherches menées en laboratoire, pour tirer le meilleur parti des productions issues des abeilles.

Secrets de miel.com, un site d’apithérapie (thérapie par les abeilles) et de bien-être par les abeilles.

Mielandco, qui est la boutique d’un domaine apicole situé dans le département de l’Hérault et qui a produit de nombreux articles sur la propolis. Si cela vous intéresse, allez les consulter !

De nombreux apiculteurs commercialisent de la propolis, n’hésitez pas à en parler à votre apiculteur !

Quant à moi, je vous souhaite une belle journée et m’en vais prendre mes 2 gélules quotidiennes !

Entre liquide polluant et packaging, l’épine nommée fond de teint !

Beauté & Santé Vie de Style

Entre liquide polluant et packaging, l’épine nommée fond de teint !

Chères lecteurs, enfin, chères lectrices, car j’imagine que cet article vous intéressera un peu plus que ces messieurs ! Nous avons rendez-vous aujourd’hui avec la rubrique Vie de style pour parler teint !

Je ne sais pas vous, mais cela fait déjà plusieurs années que je suis assez mal à l’aise avec le packaging des fonds de teint.

Du plastique à n’en plus finir, des bouchons qui se cassent rapidement à force d’être baladés à droite et à gauche dans la trousse à maquillage … Et pourtant, bien qu’ayant une poudre à disposition, je ne me vois pas (encore) me passer d’un fond de teint liquide, couvrant et agréable. Peut-être que la transition me fera évoluer, mais je ne suis pas encore prête pour l’instant à faire sans, je crois !

Camoufler la réalité

Comme pour me dégoûter un peu plus, je viens de me racheter mon fond de teint chez Nocibé, une marque que j’apprécie malgré tout parce qu’elle me semble plus authentique que bien d’autres dont les prix des produits se situent dans le budget que je souhaite mettre pour mes produits beauté. Un budget pour l’instant assez léger, bien loin des achats Guerlain, Chanel et autres !

Cet achat est le dernier. Au fond, que sais-je de la composition de ce produit ? Ce n’est pas grâce à la petite étiquette illisible au dos du produit que je le saurai.

Au final, chez Nocibé comme chez d’autres concurrents, on vend aux clientes des produits sans les avertir de la composition de ces derniers. On imagine que tout ça n’est pas très beau à voir et que la pollution de l’environnement est bien réelle avec ce genre de produit …

Ce n’est pas comme si notre peau n’avait pas besoin de produits adaptés et sains, et d’autant plus celle du visage !

Une catastrophe écologique

Et puis tout est en plastique lisse et brillant. Franchement, est-ce raisonnable ?

J’ai donc décidé de casser mon ancien tube juste pour voir vraiment comme tout cela était fabriqué.

[La réponse]

 

fond-de-teint-casse-decoupe-trottecocotte

Inutile de vous dire qu’au-delà de l’aberration écologique que ce tube représente, j’ai récolté une bonne dose de fond de teint au fond du tube couleur argent que vous voyez sur la photo. Il y a donc en plus de cela du gaspillage, beaucoup de produit gaspillé.

Certaines marques proposent des tubes en verre. J’en ai déjà acheté mais cela n’évite pas le gaspillage puisque le produit a du mal à couleur le long des parois en fin d’utilisation. Et puis il faut aussi jeter le flacon. C’est mieux, mais pas suffisant !

La solution : recharger son flacon ?

Je crois que la solution serait de proposer des flacons en verre qui pourraient après être stérilisés (j’imagine), être rechargés ! Pour l’instant les marques ne le proposent pas, ou alors des marques peu accessibles en raison de leur prix.

Si vous avez des noms, je suis preneuse !

Qu’en est-il des fonds de teint bio ?

Si j’en suis là aujourd’hui, c’est que je n’ai pas encore trouvé vraiment ce que je cherchais … Certaines marques de produits « bio » proposent des fonds de teint, mais beaucoup s’arrêtent à la commercialisation de poudre …

La marque Weleda qui est une référence en matière de soin du corps et du visage par exemple, n’en propose pas.

Le groupe Léa Nature par le biais de la marque So Bio Etic commercialise une gamme de fonds de teint, mais là encore, on retombe sur le bon vieux tube en plastique.
Je ne sais pas ce que valent ces produits très abordables.

La marque Avril qui se revendique « marque française de beauté bio et naturelle » propose quant à elle des produits encore plus abordables. Les fonds de teint Avril sont en vente à 8€.
Là encore, je ne sais pas ce que ça vaut.

L’espoir (pour l’instant) vient plutôt de la marque Couleur caramel dont les efforts de packagings m’ont toujours surprise ! Si les fonds de teint Couleur caramel sont eux aussi conditionnés dans des tubes en plastique, la marque semble évoluer ! Elle propose des produits rechargeables, grâce à sa nouvelle collection « Signature ».

A quand le fond de teint fluide fabriqué avec des produits sains, rechargeable et à prix abordable ?

Masque à l’huile d’olive, au miel et aux jaunes d’œuf pour les cheveux.

Beauté & Santé Vie de Style

Masque à l’huile d’olive, au miel et aux jaunes d’œuf pour les cheveux.

Si l’été réjouit le cœur et l’âme, certains ne sont pas du même avis. Je veux parler ici de nos cheveux !
Le combo soleil, mer ou piscine et lavages fréquents ont souvent raison de leur douceur et de leur éclat.

Concernée moi-aussi par le problème, j’ai eu envie de partager avec vous ma recette préférée en la matière. Des ingrédients à portée de placards, une préparation facile et rapide, cette dernière a tout pour elle !

Prendre soin de soi en toute simplicité

J’utilise cette recette depuis une bonne année au moins, et je ne la troquerais pour rien. En deux temps trois mouvements, la mixture est préparée. L’application est facile et sent divinement bon.

Prendre soin de soi en s’impliquant, en limitant son impact écologique tout en ne dépensant pas une fortune, que demander de plus ?

3 ingrédients pour 3 actions

Inutile d’aller chercher loin pour préparer votre masque. Vous devriez trouver tout le nécessaire dans vos rayons.

À chaque ingrédient une action. L’huile d’olive que vous utilisez pour cuisiner permet de nourrir la chevelure ce qui la rend plus souple. Le miel liquide nourrit lui aussi les cheveux et répare l’épiderme du cuir chevelu. De leur côté, les protéines contenues dans les jaunes d’œuf, permettront à la chevelure de retrouver clarté et douceur.

Enfin, si vous souhaitez éclaircir vos cheveux, l’acide contenu dans le jus de citron pourrait faire légèrement effet.

Sachez que la mixture n’est pas à appliquer depuis les racines, au risque de rendre votre chevelure grasse. Préférez une application plus basse sur le cheveu jusqu’aux pointes. Le cuir chevelu ne sera donc pas submergé par la préparation.

Pour finir, notez que ce masque pour les cheveux s’applique sur des cheveux secs !

La recette du masque pour les cheveux à l’huile d’olive, au miel et aux jaunes d’œuf

masque-naturel-huiledolive-miel-oeuf-recette-trottecocotte

Cliquez sur l’image pour voir la recette en plus gros !

N’hésitez pas à tester la préparation et à revenir donner vos impressions dans les commentaires ; que celle-ci vous ai convaincu(e)s ou non ! ✌🏻

Faire du kéfir, pour cultiver son avenir !

Beauté & Santé Vie de Style

Faire du kéfir, pour cultiver son avenir !

Aujourd’hui sur le blog, nous allons dans la catégorie « Vie de style » pour parler santé ! Je profite d’une halte chez mes parents au beau milieu du périple Trotte cocotte pour évoquer une boisson que j’ai vue et vois mon père bichonner. Elle qui ferait atteindre des sommets de longévité attend en retour soins et attention.

Vous l’aurez peut-être reconnue, il s’agit du kéfir !

Où ? Quand ? Comment ?

Le kéfir aurait été découvert par Adolpho Lutz, un médecin et naturaliste brésilien en 1899.

C’est en revanche le Docteur Élie Metchnikoff, microbiologiste russe et prix Nobel de médecine qui le qualifiera de probiotique et lui consacrera de son temps en recherches. Sa découverte ? Le kéfir empêche la putréfaction des aliments dans l’intestin et permet donc un vieillissement meilleur tout en améliorant la flore intestinale.

En Russie, il est donné aux convalescents car il renforce le système immunitaire. Il réduirait également les problèmes de peau. Enfin, il apporte vitamines et minéraux !

Deux types de kéfir

Nous avons toujours fait du kéfir d’eau chez nous, c’est pourquoi je vous parlerai plutôt de cette boisson là. Une fois cultivée, la préparation vous donnera une sorte de limonade maison apportant son lot de bonnes bactéries, protéines et vitamines.
Le kéfir d’eau est en fait un kéfir de fruit. Le but est de faire fermenter des fruits dans de l’eau minérale, en présence de grains de kéfir.

Les grains de kéfir sont des amas de micro-organismes qui, associés à de l’eau sucrée ou un produit laitier vont fermenter. Comme ils se multiplient, il est donc possible d’en faire à l’infini !

Le kéfir de lait quant à lui aurait le goût d’un yaourt à boire. Je n’en ai jamais bu, mais si certains connaissent, n’hésitez pas à nous en parler dans les commentaires en dessous de cet article !

La recette du kéfir de fruit

recette-du-kéfir-trottecocotte

Cliquez sur l’image pour voir la recette en plus gros !

A la fin de la culture, vous devriez obtenir une boisson désaltérante, avec de fines bulles.

Le don comme philosophie

La tradition attachée à ces grains de kéfir est le don. Si vous n’avez pas encore de grains, vous devriez pouvoir vous en procurer facilement en cherchant sur des forums ou des groupes Facebook. En dernier recours, sachez que la plupart des boutiques bio en vendent.

Alors, boisson adoptée ?