Catégorie : Vie de Style

Pâquerettes en huile !

Beauté & Santé

Pâquerettes en huile !

Quand on les voit pointer le bout de leur nez dans le jardin, aux côtés des primevères et crocus, c’est un signal irréfutable que la belle saison n’est plus très loin.

Comme chaque année, je remets mes yeux d’enfant et je les prends en photo comme pour bien me souvenir que « c’est bon, le plus dur est passé ! ».

Je ne sais pas vous, mais je ne suis pas une fille du Nord, même si j’aimerais beaucoup découvrir la Suède et le Danemark notamment alors forcément, je vis l’arrivée du printemps comme une « délivrance ».

Cette année, j’ai trouvé en fouinant un peu sur le réseau d’une entité que je suis (et dont j’aimerais bénéficier d’une formation un jour émoticone yeux cœur), une recette avec ces jolies pâquerettes de nos jardins.

Toute simple et pleine de promesses, c’est un petit pas de plus vers la connaissance de ces plantes qui nous entourent et qui peuvent nous apporter beaucoup dans nos vies quotidiennes. Allez, c’est parti pour la recette du macérât de pâquerettes de l’Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels … illustrée par Trotte cocotte, ravie de revenir par ici pour un article santé-beauté DIY pas bien court ! Allez, on y va ?

Les bienfaits de cette préparation

Pour nous mettre l’eau à la bouche, voici les effets que cette préparation à la pâquerette aurait sur nos corps.

Ce macérât aurait des propriétés raffermissantes pour le ventre, les bras, les cuisses. Galbant pour le cou, le buste, le décolleté en redonnant de la fermeté à la peau !
Il est également reconnu pour ses propriétés réparatrices car il favorise la circulation sanguine. En cas d’oedème ou de tissus enflammés et abîmés, il peut être un précieux allié !
Enfin, comme toute huile, elle est nourrissante et notre peau ne nous en voudra jamais de lui donner de quoi rayonner !

… Je sais que parmi celles qui me suivent, plusieurs sont enceintes actuellement. Nous avons peut-être la solution pour une période post-grossesse adoucie J

Les ingrédients

-une petite corbeille

-de l’huile d’olive bio (à vous de définir la quantité dont vous allez avoir besoin en fonction de la quantité de macérât que je vous souhaitez)

-un ou des pots pour préparer la macérât (pendant 21 jours au minimum) Pour ma part, j’ai pris des pots en verre Bonne maman pour ne pas la nommer, que l’on utilise pour les confitures

-des bouts de tissu qui serviront à recouvrir le(s) pot(s) pendant toute la durée de préparation du mélange

-des élastiques pour tenir le tissu autour du pot. Pour ma part, j’ai découpé de la ficelle en chanvre que j’avais à portée de main !

-un récipient à verre foncé qui pourra accueillir l’huile prête à être utilisée

-un filtre pour filtrer la préparation

-une étiquette pour dater la préparation

1ère partie : La cueillette

Que vous ayez ou non à jardin à vous, les pâquerettes font partie de ces  fleurs que l’on trouve partout au printemps !

L’idée est qu’elles ne soient pas trop abîmées pour que vous puissiez les cueillir.

Il est conseillé de les cueillir par temps sec si l’on veut effectuer la préparation tout de suite ou de les laisser sécher une journée si elles sont trop humides.

2ème partie : La préparation du macérât

Après avoir cueilli des pâquerettes qui sont donc encore fraîches et qui ne doivent pas être pour autant humides*, placez-les dans le bocal que vous avez choisi pour la macération.

Versez ensuite l’huile d’olive bio jusqu’à ce que toutes vos pâquerettes soient recouvertes ou même un peu plus selon la quantité de macérât que vous souhaitez obtenir.

C’est le moment de placer le petit bout de tissu sur votre pot de façon à ce que le mélange puisse respirer durant la macération. N’oubliez pas l’élastique autour du pot pour que le tissu ne s’envole pas ! *Si vos pâquerettes sont encore humides, n’hésitez pas à les laisser sécher une journée.

3ème partie : Le temps d’infusion

J’en suis pour ma part exactement là, et j’ai hâte de passer à l’étape suivante !

Il est à priori nécessaire de faire reposer son macérât durant 21 jours au moins (cela peut aller jusqu’à 40 jours selon la recette de l’Ecole lyonnaise de plantes médicinales et des savoirs naturels !); au chaud, au soleil ou derrière une vitre.

Mais attention, les UV ne sont pas bons pour le mélange, vous pouvez donc prévoir un sac en papier kraft pour le protéger de ces rayons !

Régulièrement, vous pouvez venir remuer le mélange.

Lorsque le macérât est préparé l’hiver avec des pâquerettes séchées, il faut le placer près d’une source de chaleur. Ou pour aller plus vite, faire chauffer à feu très doux le bocal pendant 2 heures au bain-marie.

4ème partie : la mise en bouteille

C’est l’heure de de filtrer la macération pour la préparer à l’embouteillage.

Il n’est pas nécessaire d’ajouter des conservateurs car l’huile d’olive est stable. Quelques gouttes d’huile essentielle de citron ou de lavande vrai (lavandula angustifolia) avec un dosage de 1à 5% donc 1 goutte pour 100 ml de préparation.

N’oubliez pas d’étiqueter votre pot pour préciser sa date de fabrication.

5ème partie : L’utilisation et la conservation

Vous pouvez utiliser votre précieux macérât un an dans un endroit plutôt frais !

C’est parti pour de bons moments de massage pour vous passer cette huile !

On s’en dit des nouvelles dans quelque temps ? 🙃

Objectif du mois : ralentir le burn-août !

Beauté & Santé

Objectif du mois : ralentir le burn-août !

Je ne sais pas si je fais un début de burn « août » mais la vie qui ralentit ces derniers jours me fait un bien fou. Bon, en fait, je crois que je suis très très loin d’être la seule. Pas vrai ?

Même si je les appelais de mes vœux, les grosses chaleurs de cet été sont quand même les ennemies de la productivité. Et ça, ma pauvre dame, je n’en veux pas ! Mon été plutôt studieux sera tant qu’à faire le plus possible au vert, le bitume parisien évanouissant toute bonne volonté !

Comme parfois, j’ai un peu l’impression de marcher dans les sentiers battus à la recherche des marronniers (de l’été), mais que voulez-vous, il y a des constats qui ne nous échappent pas et qui permettent de faire du bien à nos vies !

L’été nous fait changer de rythme, nous donne la pêche, nous motive à coup de soleil, d’amitié et d’apéros, que nous travaillions ou pas ! Tour d’horizon de ces pratiques de l’été qui nous boostent pour la rentrée !

Moins d’écran

Tout a commencé la semaine dernière par un constat que j’ai fait du fond de mon lit. Il devait être 21h30, je profitais du chant des oiseaux la fenêtre ouverte et je n’avais qu’une envie, snober mon mac ! Lui qui pourtant fait partie intégrante de ma vie, qui se bat en duel avec les amis pour savoir qui passera la soirée avec moi … Ne m’intéressait pas.

Signe que le tourbillon de la vie et du quotidien en surchauffe peuvent parfois nous éloigner de ce dont nous avons profondément besoin et que nous retrouvons aussi vite qu’il était parti : du calme pour nous ressourcer.

Je ne sais pas vous, mais depuis ma chambre parisienne, j’ai souvent du mal à « ne rien faire », de productif j’entends ! Je réfléchis, j’écris, je regarde des vidéos, je lis des articles ou des cours .. Bref, je suis bien souvent devant un écran, toujours un peu dans l’action. (Bien vaine d’ailleurs à bien y regarder …)
Et quand je m’accorde une soirée, c’est parce que je sors ! Dans le métro ou ailleurs, je zieute encore pas mal mon écran de téléphone. Et je suis encore dans l’action.

Peut-être suis-je un ovni mais j’ai l’impression que nous sommes nombreux à fonctionner de cette manière !

Au fond, comme nous tous, je ne suis pas faite pour cela. J’ai besoin de m’aérer l’esprit, de ne rien faire qui « serve » autre chose que mon moi, parfois. L’action pour l’action …
Et j’ai surtout besoin de lever le nez des écrans qui m’entourent au quotidien.

Un sommeil rééquilibré

Sortir de l’ambiance de la ville ou plutôt de « notre ville » permet aussi de rééquilibrer son sommeil. Le rythme est bousculé, l’air hors des villes est plus frais, le bruit et les lumières ne viennent pas perturber les nuits et je tout cela amène calme et apaisement.

Lorsque je suis dans « ma » ville, Paris, et que je rentre tard, je prends un chauffeur privé ou le taxi, je vois, je discute ou je croise des choses et des gens qui me perturbent. J’ai au fond la tête remplie de ces sujets de la vie et de la société qui interrogent.

En province ou à la campagne, rien de tout cela ! Juste la nature à contempler … et le sommeil à facilement trouver.

Et puis, le manque de sommeil n’est-ce pas l’un des plus gros combats de notre mode de vie dit « moderne » ? L’un des grands maux de notre siècle ? Les pédiatres les premiers s’alarment, nageant dans un océan de courants contraires.

Faire silence

Vaste sujet que celui d’être dans le silence. Ou de se taire, pour commencer. Dans une société qui s’accélère et dont ses membres sont en permanence reliés grâce à leur smartphone, le silence en deviendrait presque un gros mot.

Et pourtant, difficile de trouver un chat en ville pour aller boire un verre ces temps-ci.

J’ai pour ma part vu mes amis avant de nous séparer pour les uns pendant quelque temps ou de nous retrouver pour les autres pour quelques jours de (vraies) vacances.

Plus le temps passe, plus il me paraît évident que nos portables vont tourner au ralenti dans les prochaines semaines. Moins de messages, moins de whatsapp ou d’appels, mais bel et bien la liberté de vivre nos moments de repos en pensant à nous et à ceux qui nous entourent en laissant les autres à Paname ou dans les villes où nous habitons.

Se donner la liberté de se retrouver … Belle preuve d’amitié non ?

– – –

Et si l’on pouvait ralentir la consumation du mois d’août ? On ne dirait pas non, non ? Allons, soufflons pour mieux se retrouver ! A la rentrée ?

Passion brocante !

Vie de Style

Passion brocante !

Les vieilleries en tout genre, on aime ça et on ne s’en lasse pas !

Une vieille porte en bois à découper pour en faire un nouvel objet, un livre du 18ème siècle pour mieux s’imprégner de la mentalité de l’époque, un CD pour chanter à tue-tête dans toute la maison, des coupelles en porcelaine pour recevoir, un pull presque neuf pour être au chaud durant l’hiver. Tout y passe !

Un virus familial pour ma part qui nous fait parcourir tous ensemble les allées des brocantes, les rayons des Emmaüs du coin et depuis quelques années, ou bien les annonces du bon coin, les yeux affûtés !

Passion des vieux objets, envie de restaurer ou nécessité financière, chacun a ses raisons. Mais ce qui est sûr c’est que nous partageons tous les même constat : ce qui ne sert plus aux uns, peut ravir les autres.

La passion des objets

Je ne sais pas vous, mais dès toute gamine, j’ai été heureuse de dénicher des objets. Je repérai l’objet de ma convoitise sur un étal, je courrais vers papa ou maman, leur demandais une pièce, et je revenais avec un jouet, un vieux porte-clés ou un livre.
Souvent accusée de « mauvais goût », je n’ai jamais eu la prétention d’être une experte. Je suis mes envies et c’est bien tout ce qui compte ! Vous ne pensez pas ?

Nous arpentions les brocantes durant le printemps et l’été. Et nous en avons fait des affaires –ou tout du moins nous en avons l’impression- ! En misant sur le futur, grâce au passé, je sais que des soupières attendent un appartement digne de ce nom, ainsi que des affiches pour une chambre de bébé, des jolies poignées en céramique pour une vieille commode ou de la vaisselle pour recevoir à dîner.

L’envie de toucher les matières, de sentir les vieilles odeurs, d’imaginer la personne qui a précieusement conservé l’objet pour finir par le revendre ou le donner.

Un vieille « chose », c’est une histoire de transmission. L’histoire de générations qui se succèdent et qui ne vivent ni dans la même société ni avec le même mode de vie. A l’heure où le jetable envahit littéralement nos quotidiens, difficile parfois de croire que nous prenons en main un objet que certains ont aussi pris en main 3 siècles plus tôt. Cela fait partie des choses qui me touchent !

Préserver les ressources

En façonnant des objets durables, les anciens ont préservé les ressources durant de nombreux siècles. Et puis la Révolution industrielle, les guerres et leurs innovations débouchant sur les Trente glorieuses ont profondément transformé la consommation de tout un chacun. Enfin surtout dans les pays dits « du Nord ».

La consommation s’est transformée car elle s’est basée plus sur l’envie que sur l’utilité. Or quand on consomme pour « se faire plaisir » presque exclusivement, on change souvent d’objets et on achète du jetable car cela coûte moins cher que d’acheter de la qualité.

Nous le voyons, ce modèle de consommation a considérablement changé la planète qui … n’en peut plus de nous !

Qui ne s’est pas lassé un jour de sa déco ou de ses vêtements ?

Est-ce pour autant que si les goûts peuvent changer, les objets sont foutus ? Non ! Ils peuvent plaire et surtout servir à d’autres. Direction la broc’ ?

L’envie de faire des économies

« Les petites rivières font les grands fleuves ». Il n’y a pas de petites économies et quand le plaisir de la chine s’allie à la satisfaction de faire quelques économies, l’opération est plus que gagnante.

Je me souviens là encore de maman négociant certains prix de manière toute douce, par une petite question. « Et vous me feriez un prix ? Si je vous en prends 2 par exemple ! ».

Plus qu’une réelle envie de ne pas sortir ses pièces, quand on chine, on négocie.

En petite fille toute gênée, je me disais qu’elle ne manquait pas d’air. Ce n’était déjà pas si cher, et il fallait encore négocier. Mais au fond, ça marchait, alors pourquoi arrêter ?

Négocier, parlementer, tenter des coups, c’est oser ! Une histoire de débrouillardise, d’argumentaire, de confiance en soi … Un bel apprentissage de la vie en somme !

Je pense enfin aux personnes que je croise parfois à Emmaüs par exemple et qui ont pour le coup vraiment un grand besoin de cette initiative pour s’habiller et améliorer leur quotidien autant que possible.

Pour elles, la chine est une nécessité. Se meubler, se vêtir, trouver des objets de décoration ou de la lecture.

Quoi qu’il en soit, les allées des rues ou des champs envahies de marchands d’un jour ou de toujours ne désemplissent pas ! Les français vouent une véritable passion qui d’année en année ne se dément pas !

Le week-end arrive, belle chine à tous !

Assainir sa peau façon bénédictine !

Beauté & Santé

Assainir sa peau façon bénédictine !

Sans transition, la peau malmenée par le froid de l’hiver commence à se frotter aux rayons puissants du soleil. On ne le dira jamais assez, mais il est important d’en prendre soin, tout comme prendre soin de son corps et de son esprit, finalement. Vous aussi vous pensez maintenant à LA phrase que vous avez apprise en latin et que vous ressortez pour briller en soirée ? « Mens sana in corpore sano » – Un esprit sain, dans un corps sain.

Quand mes amis viennent à la maison ou que nous faisons des week-ends ensemble, elles sont toujours un peu étonnées de la lotion verte que j’utilise après m’être nettoyé le visage !

Si je prévois de vous parler très vite de mon nettoyant visage que j’utilise depuis des années et que je n’aurais envie de changer pour rien au monde malgré les sirènes du marketing, c’est bien de ma potion magique verte qu’il s’agit aujourd’hui.

L’eau d’Emeraude

Fin du suspense, ma lotion « magique » toute verte et toute étonnante est de l’eau d’émeraude.

eaudemeraude-benedictines

La précieuse eau d’émeraude venant d’être distillée

Des petites bouteilles en verre de 250 ml qui me sauvent la peau depuis quelques années et je suis donc heureuse de vous en parler aujourd’hui.

Son odeur ne plaît pas à tout le monde, car elle est forte, qu’elle sent les plantes et en même temps l’alcool. Sur l’étiquette, on peut lire « pour la peau et l’hygiène bucale ». Cette décoction est en fait obtenue par « fermentation alcoolique à partir de miel en présence de plantes aromatiques, suivie d’une distillation ».

De l’alcool, du miel, de l’eau, de la menthe, des extraits de romarin, … Je laisse la recette à ses fabricantes, les moniales bénédictines de Bouzy la Forêt que j’évoquerai en dessous.

Il est conseillé de l’appliquer en compresse, en massage ou en bain local.

Madame de Sévigné, blessée à la jambe suite à un accident de carrosse, en fait même l’éloge dans deux lettres envoyées à sa fille.

mmedesevigne-lettres-eaudemeraude-trottecocotteSes propriétés calmantes, purifiantes et apaisantes servent une peau soumise à des problèmes cutanés. Elle délasse les jambes fatiguées en friction, elle rétablit l’hygiène bucale en gargarisme.

Je l’utilise pour ma part sur le visage et le cou. Exactement ce dont j’ai besoin le soir en me démaquillant ! Un petit moment sympathique, plein de douceur et de relâchement ! Et vous ?

Une odeur que j’apprécie, qui me donne le sentiment que ma peau est nettoyée en profondeur, et saine.

Une recette naturelle !

Je suis d’autant plus heureuse d’avoir adopté cette eau, qu’elle est naturelle. Aucune produit toxique, aucun ajout qui lui apporterait telle ou telle propriété. La recette remonte à quelques siècles.

Les bénédictines de Bouzy en parlent sur leur site, en dévoilant que tout a commencé lorsqu’une bonne entrée dans le monastère « Notre-Dame du Calvaire », au cours du 17ème siècle, a apporté le secret d’un alcool médicinal qu’un apothicaire lui avait lui-même transmis pour la remercier de ses services.

Voici quelques photos des moniales préparant la recette. Les photos ont été prises sur leur site, que je vous incite à visiter bien entendu !

 

Issue de la Production des bénédictines de Bouzy-la-Forêt

Ce sont pas moins de 7 000 litres d’eau d’émeraude qui sont produits chaque année par les bénédictines.

La recette est la même qu’il y a quelques siècles, même si les procédés de fabrication s’appuient eux sur du matériel récent.

Les moines et moniales vivent du travail de leurs mains, et subviennent à l’entretien de leurs monastères grâce à la vente de leurs produits.

Croyants ou pas, acheter ces petits flacons verts participe aussi de l’entretien de notre immense patrimoine. Et permet de faire perdurer de belles traditions qui démontrent que la nature nous a tout donné.

Nous n’avons pas besoin de la polluer avec l’utilisation de produits pour vivre correctement, et soigner nos maux.

J’espère que cette découverte vous aura permis de mettre le doigt sur une eau dont vous pourriez, vous aussi, bientôt ne plus pouvoir vous passer !

Je vous remets ici le lien vers le site des moniales si vous souhaitez en savoir plus, et pourquoi pas commander des flacons !

Et ça coupe, coupe, coud !

Couture

Et ça coupe, coupe, coud !

Il était censé arriver depuis quelques semaines déjà mais nous l’attendions encore ! Enfin, le printemps semble prendre petit à petit le dessus pour chasser l’hiver et son mauvais temps.
Alors que nous commençons à nous découvrir (juste d’un petit fil !), les envies de couleurs, de jolis motifs, de tissus agréables pointent elles aussi le bout de leur nez.

La machine à coudre que j’avais laissée de côté ces derniers mois devrait retrouver dès que possible sa propriétaire pour de bons moments de couture.

Quoi de mieux qu’un petit panorama de coups de cœur pour se projeter dans la légèreté ? Nous avons toutes rendez-vous avec nos fournisseurs de tissu préférés, et ça commence maintenant !

La droguerie

Se pavaner avec un champ de pâquerettes sur le dos, c’est possible grâce à La droguerie qui commercialise un merveilleux tissu aux touches printanières.

ladroguerie-champdepaquerettes-tissu

Champ de pâquerettes cœur corail

Les fleurs, encore des fleurs. Ce tissu marine aux touches de couleurs est aussi un gros coup de cœur. Une robe à la forme rétro, une paire de lunettes sur le nez et c’est parti pour une balade dans les rues de Paris !

ladroguerie-fleurs-ombresvegetales-tissu

Ombres végétales blanc sur marine

Pretty mercerie

Pour celles qui aiment la couleur moutarde et les marguerites en même temps, c’est chez Pretty mercerie que vous trouverez votre bonheur.

Vous le sentez, ce soleil qui vient vous envahir pendant que vous buvez votre Perrier, un chapeau de paille sur la tête habillée d’une robe à marguerites ?

Gros coup de cœur pour ce tissu au motif un brin rétro, mais toujours aussi inspirant.

prettymercerie-tissu-coton-moutarde-a-motif-fleurs-marguerites

 

Entre douceur et confort, je nomme le double gaze couleur pastel. Un rose vieilli pour sublimer une peau qui bronze, des accessoires pour dynamiser le tout …

prettymercerie-tissu-double-gaze-de-coton-rose-vieilli

Double gaze rose vieilli

France Duval-Stalla

Je suis allée samedi dans le nouveau magasin de France Duval-Stalla. Niché dans une ancienne galerie d’art au fond d’une jolie cour verdoyante du 6ème arrondissement de Paris, je n’ai pas été déçue.

Si je venai pour acheter des mètres d’élastique doré à placer sur une jupe longue que j’ai réalisé pour un mariage au thème médiéval, je suis repartie un peu plus chargée !

Comment ne pas tomber sous le charme de cette double gaze aux fleurs d’argent ? Si j’aime les gros motifs qui font mal aux yeux, j’aime aussi l’élégance de la délicate simplicité. Chez France Duval-Stalla, je suis servie !

franceduvalstalla-double-gaze-fleurs-argent-jaune

Double gaze jaune

Cousue et à la lumière bien blanche du jour !

jupe-tissujaune-franceduvalstalla-trottecocotte

Tout n’est pas encore en ligne, mais de superbes réalisations qui seront bientôt des patrons prisés à coup sûr m’ont donné des idées.

Je prévois de me confectionner un pantalon Gabriel dans cette double gaze à carreaux or-nude.

franceduvalstalla-double-gaze-carreaux-or-nude

Double gaze à carreaux or – nude

Je vous montre mon petit butin, qui va être bien vite complété une fois que j’aurais trouvé des patrons qui me tentent pour de la cousette printanière et estivale !

trouvailles-franceduvalstalla-tissus-trottecocotte

Eglantine et Zoé

Eglantine et Zoé est réputée pour proposer de jolis tissus à motifs ! Certes, si j’ai déjà craqué pour le vol des cygnes dans le coloris moutarde l’hiver dernier, la collection PE2018 a l’air pas mal aussi. Cependant, c’est vers la simplicité que j’ai envie de me tourner cette saison et je vous présente mes gros coups de cœur.

Etant invitée à un mariage au thème médiéval, j’ai tout de suite pensé à me faire une jupe longue couleur bordeaux. Je prévois également de me faire un rappel du tissu sur une couronne !

J’ai reçu samedi matin une jolie viscose soyeuse et pas transparente à la couleur si jolie.

eglantineetzoe-viscose-bordeaux-rouge-tissu-couture-habillement-diy-sewing-mode-coudre-vetements

Viscose bordeaux – rouge

Une blouse pep’s couleur vert gazon, ça vous tente ?

eglantineetzoe-crepe-polyviscose-vert-gazon-tissu-couture-habillement-diy-sewing-mode-coudre-vetements

Crêpe polyviscose vert gazon

Et si vous aussi vous aimez les cygnes, les voici couleur bleu pétrole :

eglantineetzoe-crepe-de-viscose-cygnes-bleu-petrole-oiseaux-tissu-couture-habillement-diy-sewing-mode-coudre-vetements

Crêpe de viscose cygnes bleu pétrole

Les coupons de St Pierre

Elles le cousent toutes ! Les instagrammeuses m’ont donné envie de me laisser séduire. Un prix très raisonnable, un design rayé avec fil d’argent intégré, il ne m’e faut pas plus pour compléter ma liste !

lescouponsdesaintpierre-seersucker-coton-fines-rayures-lurex-rose-poudre

Seersucker coton fines rayures lurex rose poudré

Ou en marine. A fines rayures, toujours !

lescouponsdesaintpierre-seersucker-coton-fines-rayures-lurex-marine

Seersucker coton fines rayures lurex marine

Puis une double gaze vert canard que j’aurais bien envie d’agrémenter de doré.

Un chat sur le fil

Un bleu royal à porter fièrement.

unchatsurlefil-twill-de-viscose-bleu-royalTwill de viscose bleu royal

Atelier brunette

Véritable coup de cœur pour le tissu « Stardust Night » <3

atelierbrunette-tissu-double-gaze-de-coton-stardust-night

Double gaze de coton « Stardust night »

Anna Ka Bazaar

Nous voilà plongées au milieu de cyprès …

annakabazaar-tissu-toscane-x-10cm

Tissu Toscane 

 

La liste de mes coups de coeur pourrait être plus longue, mais il faut bien savoir s’arrêter ! Vous aussi vous avez plein de jolies envies de cousettes en ce moment ?

N’hésitez pas à nous donner les liens en commentaires !

A très vite pour une petite sélection de patrons bien jolis-jolis …

5 bonnes raisons de faire le marché !

Vie de Style

5 bonnes raisons de faire le marché !

Chaque dimanche, la douce chanson se répète. Un réveil souvent tardif pour se reposer d’une semaine active achevée par une soirée, un petit déjeuner à la hâte et c’est parti !

Mais le rendez-vous est si important que j’aurais du mal à le rater !

Vous vous en doutiez, je parle de mon tour au marché. Ce rendez-vous est si important que j’aurais du mal à le rater.

Vraie joie mais aussi nécessité, qui aiguise la curiosité des amis et des personnes que je croise et à qui j’en parle. Quand on a moins de 35 ans, on passe au monop’ du coin en sortant du boulot et ça suffit bien ! Je constate à chaque fois que cela est faux, mais c’est vrai que les têtes blanches gardent quand même le monopole en terme de « courses au marché ».

Et si on trouvait ensemble 5 bonnes raisons de faire son marché ?

Le point cliché du jour

Non, non et non, je ne vais pas au marché dans une tenue ringarde, associée au charriot que nos parents avaient récupéré chez leurs parents.

chariot-tartan-marché-trottecocotte

Chariot de marché en tartan. A vendre sur C-Discount pour les amateurs 😉

Je ramène mes fruits & légumes dans un joli tote-bag fleuri que j’ai eu la chance de découvrir dans un colis envoyé par une marque dont beaucoup de nanas sont dingues ! (suivez mon regard ;)) Et oui !

Mais alors, pourquoi prendre le temps de faire le marché ? Voici 5 bonnes raisons !

Choisir des produits sans se laisser berner par la lumière blanche des grandes surfaces

Au marché, on choisit ses légumes à la lumière naturelle, avec en prime la bonne odeur de poulet du marchand d’à côté. Aucune mauvaise surprise à la clé, bien loin des subterfuges utilisés par les grandes surfaces pour redonner de la fraîcheur et de la beauté à des fruits et légumes à bout de souffle.

lumière-grandesurface-trottecocotte

Les étals de fruits & légumes en grande surface.

Entre brumisateurs, cire pour les pommes et autres réjouissances, le but est de nous faire oublier que les produits viennent de loin, très loin … et qu’ils sont de mauvaise qualité !

Et c’est pareil pour le poisson ou la viande, la qualité, ça se repère tout de suite !

Savoir d’où viennent les produits achetés

Ce n’est pas toujours vrai car il n’y a pas que des producteurs sur les marchés, mais il est possible de dénicher des producteurs passionnés, aux pratiques  qui nous conviennent et aux produits délicieux !

Maraîchers, charcutiers, bouchers, producteurs de volailles et d’oeufs, de miel, de fromage, poissonniers, tout y passe.

Vous voulez savoir d’où vient un produit ? Posez la question directement, la langue de bois n’est pas admise !

Avoir des conseils cuisines en direct

Bien mieux que Marmiton, si vous hésitez sur la meilleure manière de cuisiner tel ou tel produit, votre marchand se fera plaisir de vous donner une bonne recette.

Un amour de sa production et de la « bonne mangeaille » qui fait plaisir à voir !

Pour celles et ceux que cuisiner ennuie alors qu’ils aiment bien manger, nous tenons un concept ! Parler bons plans, bonnes recettes, goût et se revoir la semaine d’après pour en parler !

Nouer des liens solides

Il vous manque 20 centimes pour payer ? Ce n’est pas grave, vous me les donnerez la prochaine fois ! Voilà le genre de relation qui fait plaisir et qui devient rare. L’argent ça compte, mais au marché, ce n’est comme pour les caisses de monoprix, vous avez un humain en face de vous.

Avec le temps, il vous reconnaît, et arrive même à anticiper quels produits vous allez lui demander avec une petite blague en prime. Mieux que le robot, le marchand !

Et ça, ça n’a pas de prix !

Des prix raisonnables

Tiens, justement, venons-en aux prix. Contrairement aux idées reçues, faire son marché n’est pas vraiment plus coûteux que d’aller dans une grande surface dont le but est de se faire la plus grosse marge possible sur le dos des producteurs qui ne s’en sortent pas.

Il n’y a qu’à regarder les infos pour le constater …

Et un petit dernier pour la route en guise de conclusion, sinon ce ne serait pas drôle !

Derrière chaque étal, on trouve un entrepreneur qui se lève tôt pour fournir ses clients de bons produits qu’il a pris du temps à produire ou à sélectionner. Et derrière lui une famille.

Je suis à chaque fois intriguée par la bonne entente de « mes marchands » (on est fidèles sur les marchés) qui travaillent en famille et qui sont vraiment courageux. Forcément, à chaque fois on discute « temps » car le temps, ils le subissent toute l’année : « Qu’est-ce qu’il fait froid aujourd’hui ! Ça va vous ? », (les mains dans des mitaines) « Oh non, on a eu pire il y a deux semaines avec la neige ».

Le marché c’est une ambiance ! C’est un café avec les « potes du marché » avant de rentrer. Des gens qu’on a connu à force de les croiser, car ils sont là tous les dimanches pour aider leur ami marchand. Les gens sont détendus et ont la conversation facile. Ils ne courent pas et prennent le temps de discuter dans la file d’attente en attendant patiemment leur tour.

Si vous n’étiez pas déjà convaincus, j’espère vous avoir donné l’envie d’essayer le marché ! Et si vous avez trouvé d’autres bonnes raisons de ne plus y couper, n’hésitez pas à nous en faire profiter en commentant cet article, juste en dessous J

Belle semaine à chacun !

Les pouvoirs ancestraux de la Propolis à l’épreuve de l’hiver !

Beauté & Santé Vie de Style

Les pouvoirs ancestraux de la Propolis à l’épreuve de l’hiver !

Comme vous avez pu le voir sur l’article dédié à cette merveilleuse saison qu’est l’automne ou sur mon compte Instagram, j’étais en Bourgogne au début du mois.

Et qui dit Bourgogne dit presque automatiquement pour notre famille, virée à Dijon. La ville à la chouette regorge de petits délices et de spécialités toutes plus merveilleuses les unes que les autres. Du cassis au pain d’épice en passant par la moutarde, nous avons de quoi aimer la cité ducale.

Mais à vrai dire, ce que nous aimons encore plus à Dijon, c’est aller à la pharmacie. Drôle d’idée, pensez-vous sûrement ! Rassurez-vous, il s’agit d’une pharmacie pas tout à fait comme les autres et que nous aimerions tous avoir à côté de chez nous ! Si si.

Il s’agit de la Pharmacie de la Croix Blanche, dont je pourrai vous reparler si vous le souhaitez, car elle propose des remèdes géniaux.

L’hiver arrivant, j’avais une idée en tête : commencer une cure de propolis ! L’hiver est une période qui fragilise beaucoup nos organismes, nous le sentons tous … Il est donc plus qu’important de prendre soin de soi dès l’arrivée des premiers froids de l’automne, pour passer un bel hiver et économiser ses paquets de mouchoirs et autres alliés bien connus de cette période !

 Qu’est ce que la propolis ?

Un rappel étymologique ne faisant jamais de mal, propolis vient du grec « pro » qui signifie « en avant » et de « polis » qui signifie cité. « En avant de la cité », c’est donc ce qui protège l’entrée.

On a d’ailleurs coutume de voir la ruche comme une cité où tous les membres ont des « fonctions attribuées ». La reine, et les autres abeilles forment une cité dans leur ruche, qu’elles protègent avec de la propolis. C’est une sorte de porte d’entrée, de barrière érigée naturellement et qui protège toute la colonie d’abeilles de l’extérieur.

Ce sont des abeilles « spécialisées » qui récoltent la résine des bourgeons qu’elles butinent. La propolis n’est alors que sous forme de gouttes qui seront transformées à leur arrivée à la ruche.

Un remède millénaire

Le saviez vous ? Les égyptiens, puis les romains et les grecs utilisaient déjà à leur époque cette résine qu’est la propolis !

Les égyptiens l’utilisaient notamment dans leurs rites de l’embaumement et de la momification, les romains en gardaient pour leurs campagnes militaires, les Incas la connaissaient aussi, et plus récemment les russes en administraient à grande échelle dans les cliniques du pays.

Son utilisation

Au sein de la ruche

Les abeilles font de la propolis, cette résine qu’elles butinent sur les bourgeons, leur atout sécurité ! En effet, elles colmatent leur ruche avec cette résine qui est étanche et elles s’en servent également comme moyen de momifier les éventuels étrangers de passage qu’elles ont tués à l’intérieur de leur ruche afin que ces derniers ne diffusent pas maladies et microbes. On perçoit ici les qualités antiseptiques de la matière. Ingénieux !

La propolis est récoltée bien après la récolte du miel, au début de l’hiver. La résine est mise au froid pour la solidifier et lui permettre de conserver ses vertus.

Pour l’Homme

L’Homme étant fragilisé par l’hiver peut commencer au début de cette période, des cures de propolis afin de prévenir l’apparition d’affections respiratoires notamment. Mais pas que !

homme-et-propolis-trottecocotteJustement, quelles sont vraiment les qualités de cette résine ?

Ses qualités médicinales

[Aparté]

Avant de rentrer dans le vif des qualités médicinales de la propolis, j’ai envie de faire un petit détour pour mieux revenir après !

Comme pour beaucoup de choses à mon avis, l’arrivée de la modernité ou plus globalement depuis le début du 20ème siècle, a profondément changé les modes de vie. Il y a eu une tendance à faire table rase des connaissances et des remèdes d’avant. Nous voulions croire que les chercheurs, les ingénieurs et les laboratoires allaient trouver des solutions (révolutionnaires) à nos maux, grâce à la technique.

Force est de constater en 2017 que de gros progrès ont été réalisés et ont amélioré notre quotidien qui n’est plus le même que celui de nos parents ou grands-parents. A fortiori dans le domaine de la santé grâce à la recherche et à la technique.

Mais notre médecine est actuellement plus curative que préventive, et fait appel à des molécules de synthèse plutôt qu’à des molécules naturelles. Pourtant, l’efficacité de ces dernières éprouvée durant des siècles n’a pas disparue.

Je constate avec grande joie que certains professionnels commencent doucement – leurs voix dissonantes dérangent –  à s’élever pour avertir des dangers de la synthèse et appeler à redécouvrir, les remèdes traditionnels.

[Fin de l’aparté :)]

La propolis étant la résine issue des bourgeons et du travail des abeilles, elle n’a pas les mêmes propriétés selon sa provenance, les bourgeons de chaque plante ne renfermant pas les mêmes molécules !

Mais au-delà de cela, des propriétés sont reconnues à la propolis en tant que résine végétale. Le chercheur Nicolas Cardinault les liste d’ailleurs et elles sont multiples : antibactérienne, antivirale, antifongique, antioxydante, anesthésiante, anti-inflammatoire, anti-angiogénique, anti-tumorale et immuno-modulatrice.

Pour le détail de chaque propriété, je vous laisse chercher 🙂 !

Ce que l’on peut retenir, c’est que la propolis s’utilise pour des pathologies bénignes comme malignes, et qu’elles renforcent le système immunitaire. Elle s’utilise donc en traitement curatif ou en cure préventive.

Les différentes formes de la propolis

De nombreuses marques commercialisent des produits réalisés à partir de Propolis. Je vous propose une petite sélection qui n’est qu’une petite goutte d’eau dans l’océan des propositions.

Les produits proposés par la pharmacie de la Croix-Blanche of course !

Le site du professeur Henri Joyeux, médecin controversé car il dénonce les pratiques de notre médecine comme par exemple la vaccination est une mine d’informations. Il s’est beaucoup intéressé aux abeilles jusqu’à leur consacrer un ouvrage. Il a publié en 2016 un entretien avec le professeur Cardinault, un confrère. Retrouvez-le ici.

Pollernegie.fr, le site du professeur Cardinault, qui commercialise le fruit des recherches menées en laboratoire, pour tirer le meilleur parti des productions issues des abeilles.

Secrets de miel.com, un site d’apithérapie (thérapie par les abeilles) et de bien-être par les abeilles.

Mielandco, qui est la boutique d’un domaine apicole situé dans le département de l’Hérault et qui a produit de nombreux articles sur la propolis. Si cela vous intéresse, allez les consulter !

De nombreux apiculteurs commercialisent de la propolis, n’hésitez pas à en parler à votre apiculteur !

Quant à moi, je vous souhaite une belle journée et m’en vais prendre mes 2 gélules quotidiennes !

Mon salon Créations & savoir-faire 2017 !

Couture Vie de Style

Mon salon Créations & savoir-faire 2017 !

Comme promis, je vous raconte aujourd’hui mon salon Créations & savoir-faire.

Jeudi dernier, j’ai profité de l’opportunité d’être disponible en semaine pour me rendre au salon Créations & Savoir-faire édition 2017 à la Porte de Versailles à Paris. Du mercredi au dimanche, se tenait en effet le plus grand salon du DIY (Do It Yourself) d’Europe ! Rien que ça !

Entre couture, mode, déco, cuisine, bricolage, beauté, tricot, scrapbooking, … plus de 350 exposants étaient présents.

Il y en avait pour tous les goûts, et de mon côté j’ai choisi la couture. Cela fait quelques semaines que je suis enfin passée à l’action après des années à repousser : j’apprends la couture !!!! J’ai envie de mettre 10 points d’exclamation tant je suis ravie comme je vous le disais lundi dans un article dédié !

Entre les vendeurs de tissus qui me font rêver, les créatrices de patrons sympathiques et pleines de bons conseils, l’allée de l’inspiration qui donne beaucoup d’idées (comme son nom le laisse deviner !), la maison Marie-Claire où l’on se verrait bien prendre un thé, le mur DMC qui retrace l’histoire de cette célèbre maison française, j’ai passé un très chouette moment !

Je vous emmène avec moi pour une petite rétrospective !

Le salon Créations & savoir-faire en quelques mots

Tous les automnes, se tient à Paris depuis quelques années ce salon du DIY (Do It Yourself). Comme vous devez le sentir en parlant à vos mères, cousines, amies ou à vos femmes, faire des choses soi-même, c’est tendance !

Loin de traiter de ringardes nos grands-mères, on ne demande qu’une chose : qu’elles nous transmettent leurs techniques et leur savoir-faire.

diy-csf-trottecocotteDepuis quelques années, de jeunes créatrices dépoussièrent le patronage et la couture en général. Les patrons sont jolis, les matières travaillées bien choisies, les magazines alléchants … Difficile de résister face à la tentation ! C’est pareil pour le tricot ou la broderie. Combien de filles j’ai vu tricoter sur leur stand alors qu’elles ne devaient pas avoir 30 ans et qu’elles ne ressemblaient pas à des Marie-Chantal ? Beaucoup ! (PS : si des Marie-Chantal me lisent, je leur demande de bien vouloir m’excuser, c’était un peu facile !).

Une vraie révolution que la France vit à plein en organisant le plus grand salon du DIY d’Europe comme je le disais, mais aussi le plus grand « workshop » du continent avec plus de 500 ateliers DIY organisés en 5 jours.

Grandes marques ou petits créateurs, ça bouge !

Les patrons !

Si je me mets à la couture, ce n’est pas pour ressembler à une petite mémé ! Bien au contraire, c’est pour trouver les formes et les matières qui me permettront d’être une femme encore plus épanouie et heureuse de m’habiller. Du choix du patron qui met en valeur un atout, au choix d’une matière, en passant par la sélection d’un motif, c’est au fond la LIBERTÉ que nous recherchons toutes !

Je suis sur Instagram depuis quelque temps déjà des créatrices que j’avais plus que hâte de rencontrer. C’est chose faite !

Voilà les créatrices dont j’ai acheté des patrons durant le salon :

Aime comme Marie

Aime comme Marie, propose des patrons raffinés et élégants pour la vie de tous les jours à mon sens. Ce que j’apprécie c’est cette délicatesse dans les formes sans tomber dans le travers (à mon sens) du « je suis tirée à 4 épingles ».

J’ai craqué pour la blouse « Miroir » que je vais me coudre en robe aussi ! Son gros plus c’est que l’on peut mettre les boutons dans le dos ce qui est très joli ou devant pour un petit décolleté. Pile ou face, pas facile de choisir alors on peut alterner !

J’ai aussi acheté le patron de la « Merveilleuse », une blouse aux allures de chemise fermée, bien retravaillée.

patron-aimecommemarie-trottecocotte

C’est grâce aux conseils de Marie la créatrice que j’ai pu choisir des patrons adaptés à ma stature tout comme à mon niveau de couture. Les patrons sont conseillés pour des statures de femmes mesurant jusqu’à 1m70. Comme j’explose les scores, je vais devoir faire des modifications et la créatrice m’a donné des explications. Merci, vraiment !

Dessine moi un patron

Dessine moi un patron c’est l’histoire d’une dentiste qui est tombé dans la couture tardivement. Devenue passionnée, elle a créé il y a 2 ans sa marque qui fonctionne à plein régime. Ses pièces sont plus « travaillées » au sens où elles sont résolument féminines. Chaque petit détail compte. Un style !

J’ai choisi la veste Camélia divinement réalisée par, Emilie, la créatrice qui en a apporté un exemplaire sur le salon. Je me vois bien la rallonger pour en faire une jolie veste à porter pour les grandes occasions comme au quotidien (à condition de la faire dans différents tissus bien sûr).

Et puis la blouse Rocaille avec cette sorte d’épaulette sur le devant et son pli rond dans le dos !

patrons-dessinemoiunpatron-csf-trottecocotte

Un niveau intermédiaire en couture est requis pour les deux patrons, je m’y mettrai dans quelque temps !

Atlier Scammit

Atelier Scammit est une marque de patrons créée par Johanna qui met en ligne ses vidéos pas à pas pour nous aider à réaliser chaque pièce.

Je vais me lancer très vite dans le patron “Eugénie” d’un niveau débutant ! Réalisable lui aussi en robe, à condition que je rajoute des centimètres comme l’a dit la créatrice !

patron-atelierscammit-trottecocotte

D’autres belles variations sont possibles lorsque j’en aurai le niveau.

TK sewing pattern

TK sewing pattern est une jeune marque que je ne connaissais pas. Ce sont les cols des blouses qui m’ont fait craquer ! Alors je vais tester cela dès que possible.

J’ai acheté le patron de la jupe Nicole que ma grand-mère portait volontiers durant sa vie. Une jupe longue, avec des plis, au style rétro.

patrons-tk-trottecocotte

Et la blouse Solone au col divin que j’ai hâte de pouvoir coudre.

Je testerai dès que possible les patrons d’Anne Kerdilès et de Louis-Antoinette.

Les tissus !

On a beau dire, acheter son tissus sur internet et l’acheter en le voyant, ce n’est pas tout à fait la même chose. J’ai donc pu voir « pour de vrai » tous les tissus qui me faisaient rêver depuis des semaines, et même découvrir de jolies marques !

France Duval-Stalla

Cette créatrice n’est plus à présenter, mais j’ai vraiment été heureuse de voir les tissus en direct car sur le site, je n’arrive pas à me projeter.

J’ai acheté une superbe flanelle couleur vert sapin que j’ai hâte de coudre. Et puis, chez France Duval-Stalla, les élastiques pailletés sont à tomber, alors j’en ai acheté quelqu’uns !

Eglantine & Zoe

Leurs tissus me font rêver sur Instagram depuis des mois ! A moi les canards et le jaune moutarde ! Ainsi que les petites fleurs roses !

Un chat sur le fil

J’ai découvert dans les allées du salon cette marque venue tout droit de Vannes et dont les tissus sont à tomber. Je vous montre mes petits achats juste en dessous.

tissus-unchatsurlefil-trottecocotte

A moi d’acheter une prochaine fois chez Cousette et Atelier Brunette puis bien d’autres encore !

La visite guidée de mes endroits coup de coeur

L’exposition DMC

La maison Marie-Claire

Allons maintenant déguster un thé dans la maison si joliment décorée de Marie-Claire Idées …

Le vestiaire frenchie

inspiration-frenchie-trottecocotte

 

Un salon très chouette, de très belles rencontres, beaucoup de belles idées et l’envie furieuse de passer à l’action très vite avec mes trouvailles ! <3

Vous aussi vous y êtes allées ? Vous avez aimé ? Vous êtes rentrées le cabas plein de jolies trouvailles ? Et vous avez hâte de porter de ce que vous allez pouvoir coudre ?

Les mots c’est la vue !

Jolis mots Vie de Style

Les mots c’est la vue !

C’est ici que chaque semaine je posterai un petit visuel agrémenté d’une citation ou d’une expression de notre jolie langue. Inspirante, marrante ou poussant à la réflexion, n’hésitez pas à vous rendre tous les mercredis dans la rubrique « Vie de style » puis « Citations illustrées » du blog pour voir une nouvelle succession de mots …

Mercredi 21 fevrier :

Citations-Tabarly-confiance-trottecocotte

Car elle est indispensable dans tout … !

Mercredi 14 fevrier :

Citation-amour-victorhugo-trottecocotte

C’est le mercredi de l’amour ! Raillée ou attendue, la Saint-Valentin est l’occasion de se dire ou de se redire à quel point nous aimons « l’autre ». Merci Victor Hugo !

Mercredi 31 janvier :

Toucher-du-bois-expression-trottecocotte

Quand on a envie que les événements de la vie nous donnent un coup de pouce !

Mercredi 17 janvier :

Le-coeur-sur-la-main-expression-trottecocotte

Quand on apprend de ceux qui donnent et se donnent pour les autres !

Mercredi 10 janvier 2018 :

francegall-resiste-paroles-trottecocotte

En ce début d’année, une nouvelle artiste française s’en est allée … Il est des conseils que l’on écoute et que l’on a très envie d’entendre ! Vous ne pensez pas ?

Mercredi 20 décembre 2017 :

noel-citation-annagavalda-trottecocotte

Les fêtes de fin d’année approchent … Pas évident pour notre forme physique ! On met la pédale douce après les fêtes ?

Mercredi 13 décembre 2017 :

citation-johnnyhalliday-trottecocotte

Un jour après Jean d’Ormesson, un chanteur hors norme est lui aussi allé rejoindre le ciel. Une vie pleine de rebondissements, faite de courage, quand au début rien n’était gagné … Le parcours de Johnny Halliday est un exemple de ce que la naissance ne décide pas tout dans un destin !

Mercredi 6 décembre 2017 :

jeandormesson-sagesse-citation-trottecocotte

Il avait l’art de la formule ! Jean d’Ormesson a quitté notre monde hier, et nous laisse en héritage de nombreux ouvrages, parsemés de petites phrases inspirantes … 

MErcredi 29 Novembre 2017 :

par-monts-et-par-vaux-trottecocotte

Vous aussi vous avez un peu la bougeotte ? Pour des déplacements professionnels, pour des week-ends, des mariages ! Prendre la poudre d’escampette dès que l’on peut, un vrai bonheur !

 

Mercredi 22 novembre 2017 :

la-tete-dans-les-etoiles-trottecocotte

Vous aussi cela vous arrive d’avoir la tête dans les étoiles ?

Pourquoi j’ai choisi de me mettre à la couture.

Couture Vie de Style

Pourquoi j’ai choisi de me mettre à la couture.

Cela faisait bien longtemps que j’avais envie de m’y mettre, je suis EN-FIN passée à l’action ! Pourquoi ? Comment ?

Toute l’idée du blog c’est d’effectuer une transition pour se ré-approprier entre autres, nos choix de consommation et donc notre vie.

Depuis très très longtemps, je rêve de pouvoir coudre moi-même mes vêtements, des objets du quotidien et enfin de décoration. J’ai envie de laisser mon esprit filer vers des matières, des formes et des couleurs. Bref, être moi et surtout être libre de l’être ! Savoir coudre, c’est s’ouvrir à cette liberté inégalable !

Alors j’ai osé !

Sauter le pas, apprendre la couture

Je l’ai déjà un peu dit plus haut, cela fait des années que la couture m’intéresse. Mais j’étais embringuée dans des études de droit, je changeais de ville régulièrement, je ne savais pas trop vers qui me tourner. Et puis, il faut le dire, je n’avais pas spécialement envie de coudre des patrons de mamie comme j’en voyais passer sous mes yeux régulièrement !

Mais depuis 3 ou 4 ans je pense, je sens bien que je ne suis plus seule dans cette envie.

J’ai vu des nanas comme vous et moi, modernes, bien dans leur féminité, qui créaient leur marque. Grâce aux réseaux sociaux, je les ai suivies dans leurs folles aventures et je n’y tenais plus, il fallait que je passe vite à l’action pour retrouver de l’autonomie.

mespatrons-csf2017-trottecocotte

Les patrons achetés au Salon Créations & Savoir-faire édition 2017 (dont je vais vite vous parler !)

Mon périple m’a permis de voir sur le terrain des gens qui agissent selon leurs convictions et qui essayent de vivre de manière plus durable.
Quand je suis rentrée, il m’était encore plus insupportable qu’avant d’en être réduite à arpenter des magasins sentant les produits chimiques pour tenter de dénicher des fringues qui ne me vont pas.

Loin de moi l’idée, encore une fois, de juger celles et ceux qui ne feront jamais le choix d’essayer de coudre et de développer leur créativité. Cependant, je sens que cela participe du bonheur que de « faire des choses de mes 10 doigts ». Une question de point de vue !

De plus, ceux qui me connaissent dans la vraie vie savent que je suis une sorte de géante. Cette mode ne me va pas ! Comme elle ne va pas à des amies qui sont de taille « normale » et qui portent sans oser broncher des jupes trop courtes, des blouses trop larges, ou des robes trop transparentes.
J’ai donc envie, à 26 ans, d’enfin porter des vêtements qui me vont.

pourquoi-je-couds-trottecocotte

Et puis, j’ai aussi envie de respecter au maximum notre terre et les Hommes. Je le ferai à la mesure de mes moyens, mais maintenant que je me penche d’un peu plus près sur le prix d’un tissus certifié bio (nommer la norme ??) et que je vois le temps passé à le coudre, je comprends à quel point nous nous habillons sur le dos de pauvres enfants pakistanais ou de chinois qui se tuent à la tâche pour 2 sous et y perdent leur santé.

J’ai donc envie de dire STOP à ce système qui ne tourne pas aussi rond que notre Terre. Enfin, pour le moment elle tourne encore, mais jusqu’à quand …

Pour finir, j’ai envie de me mettre à la couture pour choisir moi-même mon patron, mon tissu, imaginer le rendu, toucher des matières, rêver de textures et de motifs.

Je veux faire, en toute liberté. Je préfère avoir moins, mais mieux. Je m’y suis miiiiiiiise !

trouver les ressources pour apprendre

Vous allez me dire, comment faire, ma grand-mère qui cousait est morte ? Je vais vous répondre, la mienne aussi ! D’ailleurs, je te salue mamie, sache que j’aurais beaucoup aimé partager cela avec toi et que l’on ne s’arrête pas au tricotin de mon enfance.

Si vous n’avez plus de grand-mère, peut-être avez-vous une grande tante, une voisine qui ne demande qu’à passer du temps avec vous !

Et sinon, les solutions ne manquent pas.

Les livres

Ceux qui dépotent en la matière et qui sont faciles à prendre en main sont signés Les éditions Eyrolles.

logo-editionseyrolles-trottecocotte

Cliquez sur le logo pour accéder directement à la librairie « Couture et textile »  des Editions Eyrolles

Les cours en vidéo

Depuis quelque temps déjà, les cours en vidéo d’Artesane vous permettent de vous former depuis chez vous !

Vous trouverez sûrement votre bonheur au milieu de nombreux cours proposés . Il est aussi possible de passer des CAP pour obtenir des qualifications professionnelles !

Une petite vidéo d’Anne-Sarah, la fondatrice d’Artesane :

BA – Coudre comme un-e pro from artesane on Vimeo.

Les magazines

Marie-Claire Idées qui organise le salon Créations & savoir-faire est une petite perle pour dénicher plein de bons plans !logo-marie-claire-idees-trottecocotte

Cliquez sur le logo pour accéder directement au site Marie-Claire Idées

Les cours dans un atelier de couture

Vous pourrez aussi regarder près de chez vous, les ateliers de couture se mettent beaucoup aux cours de couture. En fonction de vos disponibilités, vous pourrez aller découvrir en sortant du travail ou le wee-end.

Des cours inter-generationnels

Pour ma part, j’ai choisi « Les talents d’Alphonse », une super startup de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) qui promeut l’inter-générationnalité.

logo-lestalentsdalphonse-trottecocotte

Cela faisait quelques mois que j’avais découvert cette startup encore en pépinière. Je crois comme eux beaucoup à la transmission des savoirs entre générations, alors dès que j’ai pu, j’ai foncé ! Ils ne sont pas encore partout en France, mais avec un peu de patience, cela devrait arriver chez vous !

C’est avec une jeune retraitée que j’ai rendez-vous toutes les semaines pour un après-midi qui file à toute vitesse. Et si elle accepte, j’ai même envie de l’interviewer pour vous J !

– – – –

J’espère que cet article vous a plu ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à me le dire en commentaire, cela me fait toujours plaisir.

Je vous donne rendez-vous dès vendredi sur le blog pour une petite visite du salon Créations & savoir-faire édition 2017 !