Catégorie : Agriculteurs

Une semaine à la ferme de Chantecaille !

Agriculteurs Les faiseurs

Une semaine à la ferme de Chantecaille !

Il me tenait à cœur de clôturer mon périple en allant à la rencontre de paysans. Et pas n’importe quels paysans ! Ceux qui nous nourrissent en cultivant leurs jardins sans utiliser de produits chimiques. Ils ont à cœur de préserver notre santé (et la leur !) ainsi que notre planète.

Rien que pour ça, ils méritent que l’on se nettoie un peu les yeux, que l’on prenne conscience des enjeux de l’agriculture, que l’on parle d’eux puis que l’on achète leurs bons produits, autant que possible !

À la suite de mon passage in extremis sur la dernière étape du Fermes d’avenir tour qui s’est déroulé à Rochecorbon, j’avais prévu de passer une semaine à la ferme de Chantecaille auprès de Julien et Sandrine, un couple de néo-paysans installés dans le Limousin.

sandrine-julien-ferme-chantecaille-article-trottecocotte

L’arrivée à la ferme de chantecaille

Après une épopée de plusieurs heures à travers nuages, brouillard, pluie, trains et bus, me voilà arrivée sur la nationale reliant Limoges à Eymoutiers en ce début d’après-midi du lundi 18 septembre.

Sandrine avait pris le soin de me dégrossir l’itinéraire: « Tu prends la direction du hameau appelé Laubaudie, tu passes les 3 dos d’âne et tu seras presque à la ferme ! ». Alors j’ai marché le kilomètre séparant la grande route de la ferme, enlevant petit à petit mes couches de pull car le soleil était revenu, et respirant à plein nez l’odeur de l’herbe fraîche ; puis j’ai frappé à la porte.

C’est une Sandrine et un Julien fatigués par l’intense saison qu’ils ont vécue qui m’ont accueillie.

Après avoir goûté les légumes du jardin qu’ils cuisinent à chaque repas, j’ai déposé mes affaires dans la caravane où ils logent ceux qui viennent les aider. Les premiers wwoofers ont inauguré l’installation début septembre, autant vous dire qu’elle était toute jolie !

Car oui, ces nouveaux paysans savent bien s’entourer. Ils ont compris que pour essaimer, il fallait communiquer, accueillir, partager, afin de faire découvrir ce qui les fait vibrer à tous ceux qui se posent des questions.

Très soudés entre eux, ils se soutiennent même en créant des collectifs où les partages d’information et réunions les font avancer.

J’en profite pour remercier Philippe, un néo-paysan qui a créé il y a deux ans, « Les jardins de Pan »  avec sa femme Claire ! Je l’ai contacté afin de mieux comprendre les raisons qui les ont poussés, leur jeune fils sous le bras, à quitter leurs activités professionnelles et leur région, pour devenir maraîchers. N’étant pas encore équipés en logement pour accueillir les volontés de passage, c’est lui qui m’a aiguillée vers Sandrine et Julien pour que je puisse découvrir leur envie commune de produire au naturel !

L ’agro-écologie et la permaculture comme fils conducteurs

Ces néo-paysans font partie de ceux qui ont eu une vie avant. Parfois très éloignée de celle qu’ils ont choisi de vivre en s’installant.

Sandrine et Julien se sont rencontrés pendant leurs études dans le domaine de l’environnement. Sandrine a poursuivi son cursus par un master en communication tandis que Julien a de son côté choisi le conseil en création d’entreprise.

Depuis qu’ils sont arrivés il y a déjà quelques années déjà dans le Limousin, c’est par des actes concrets qu’ils ont bâti une cohérence entre leurs choix de vie et leurs convictions. Julien travaillait auprès de paysans dans une association, Sandrine quant à elle a travaillé dans la communication au sein d’une entité tournée vers la nature, des fermes pédagogiques et du maraichage. Puis leur démarche a pris un tournant lorsque Sandrine a décidé de cultiver des légumes en s’inspirant de la permaculture.

Un apprentissage qu’elle a pu approfondir en allant se former auprès de Charles et Perrine Hervé-Gruyer, fondateurs de la ferme du Bec-Hellouin, que les spectateurs du film Demain ont pu découvrir.

Auto-suffisants, l’envie d’aller plus loin les titillait ! C’est la ferme de Chantecaille qui accueille leur projet.

Le projet d’installation En agriculture

Sandrine et Julien y pensaient depuis un certain temps. Après avoir cherché une ferme à racheter, les voilà arrivés à Eyjeaux, prêts à concrétiser leur projet en ce début d’année 2016.

La ferme nécessite des travaux, ce à quoi s’attelle Julien (bien aidé par Sandrine tout de même !) tandis qu’ils montent dossier après dossier pour pouvoir envisager des activités agricoles.
Sandrine aime le maraîchage, suit des formations pour élaborer au mieux le « design » de son jardin, apprendre les techniques de maraichage bio intensif, faire ses plants, gérer un verger, créer en entretenir une forêt nourricière, bouturer, ….
Julien quant à lui souhaite élever des poulets de chair nourris avec le blé qu’ils auront cultivé et qui pourront gambader en plein air sur les terrains de l’exploitation. La première récolte de blé a eu lieu cette année, les poulets sont arrivés, la dégustation des premiers poulets est prévue pour début décembre !

Sans oublier l’accueil des hôtes de passage.

La production issue du maraîchage est la première activité qui a été mise en place. Depuis mai, 25 foyers viennent chercher chaque vendredi soir leurs légumes pour la semaine. Une sorte d’AMAP à la ferme !

En cette fin du mois de septembre, la récole est moins diversifiée que cet été ! Tous les produits sont de saison, c’est le jeu ma pauvre lucette !

Les derniers concombres, haricots et tomates côtoient les pommes de terre, le butternut, les oignons, les navets et la mâche.

Chacun peut profiter du délicieux parfum des aromatiques comme pour se souvenir de l’été qui a filé …

Pendant ce temps, les poussins de 15 jours grandissent dans une cabane érigée rien que pour eux, isolée et chauffée ce qui leur assure un confort maximal. Bientôt ils pourront pointer le bout de leur bec dehors et profiter de tous les petits insectes qu’ils trouveront dans le pré !

Un peu plus haut, les poules pondeuses se baladent dans leur parc, s’arrêtant ci et là pour observer.

Les petits cochons grognent, c’est le moment d’aller les voir tandis que les lapins observent les allers et venues. Et puis, comment oublier les derniers arrivés ! Yula, Yuhé et Teddy, les trois ânes qui raviront bientôt les touts petits, pressés de faire des balades sur leurs dos.

Il y a du monde à la ferme ! La vie grouille et les moments de détente y sont bien rares car il y a toujours quelque chose à faire !

Une philosophie de vie, créatrice de liens et de dynamisme

Philosophie de vie puisque cela imprègne toute la vie. C’est une manière de raisonner en écosystèmes. Tout sert pour tout et les éléments sont reliés les uns aux autres …

Ils sont dans l’accueil, élaborent des tas de projets pour créer des ponts entre les citadins et les ruraux, faire découvrir cette véritable philosophie de vie et montrer que l’on peut nourrir les autres sainement et vivre de son travail.

Je leur tire mon chapeau ! Car ils ont une énergie folle et savent faire face aux angoisses des aléas de la production agricole pour pérenniser leur projet, le faire connaître et inciter d’autres à faire comme eux.

Un engagement de chaque instant, une existence qui se détache du matériel pour aller chercher l’essentiel.

C’est peut-être ça, la richesse ! Pas vrai ?

Bribes de vie d’une wwoofeuse

Pendant une semaine, j’ai été nourrie, logée et blanchie à la ferme ! Tous les matins je rejoignais Sandrine et Julien afin de les aider durant leur journée de travail. Vous pouvez retrouver un petit condensé de ce qu’a été ma vie de wwoofeuse à la ferme de Chantecaille. Entre vue apaisante, arrosage et ramassage des légumes, livraison, désherbage, et bien d’autres activités, j’ai même pu conduire pour la première fois un tracteur ! Et sur la route s’il vous plaît ! 😉

– – – –

J’ai été ravie de rencontrer Sandrine et Julien qui oeuvrent chaque jour dans leur ferme pour nourrir sainement les hommes. Ils apportent leur pierre à cet édifice qui doit devenir imposant et qui rassemblera tous ceux qui souhaitent respecter la nature et des hommes en France, puis plus largement à travers le monde ! 

En accueillant toute sorte de personnes issues de toute sorte de milieux ou d’environnement, ils éclairent les consciences. Merci pour ce que vous faites, tenez bon malgré les embûches que comporte un tel projet et à bientôt ! 

Pour etre tenu au courant des actualités de la ferme :

Le site de la ferme de Chantecaille

La page Facebook

Écrire à Sandrine et Julien : fermedechantecaille@gmail.com