idees-recues-creation-entreprise-trotte-cocotte

Entreprendre

5 idées reçues sur internet et la création d’entreprise en 2018

Internet est incontournable dans nos vies, de plus en plus. Petit à petit depuis grosso modo une vingtaine d’années, les entreprises ainsi que les administrations transforment leurs services et leurs méthodes de travail afin d’être accessibles depuis la toile.

Sans faire un pas (même pas jusqu’à la boîte aux lettres) et sans sortir sa belle plume de son étui (le clavier c’est plus rapide), il est désormais possible de faire des demandes aux administrations notamment, de télécharger des documents ou même de renvoyer les pièces relatives à son dossier.

« Internet, c’est formidable, on a accès à tout en quelques clics » disent nos mamies chamboulées par leurs premiers pas sur la toile. Mais nous, qui vivons avec un ordinateur à proximité ou qui passons le plus clair de nos journées devant, avons peut-être une autre vision des choses.

Et si tout n’était pas si facile, même avec internet ! 5 idées reçues sur ce formidable outil, qui ne rend pas toujours service à nos entreprises.

« Avec internet, c’est formidable on a accès à tout »

Oui. Sauf que, l’on a accès à tout et n’importe quoi, et surtout n’importe quoi.

Sur internet, tout le monde y va de son petit conseil. C’est génial car ça donne du recul, venant de plusieurs personnes différentes dont on n’aurait peut-être jamais entendu l’expérience si on n’avait pas été surfé sur le net.

Mais le revers de la médaille, c’est que l’on a accès à n’importe quoi. Pourquoi ?

Parce que, quoi qu’on en dise, monter sa boîte, même une micro-entreprise nécessite des connaissances que l’on n’a pas forcément tous à la base. Selon nos parcours, nous nagerons plus ou moins dans la semoule mais nous nagerons quand même un peu.
De plus, les lois fiscales mais pas que, évoluent tellement et tellement vite, qu’il n’est pas toujours possible de tomber sur les nouvelles fraîches.

Et puis, les comptes que nous avons en ligne ne nous permettent pas toujours de comprendre les courriers reçus, les décisions prises …

Les sites qui ne sont pas mis à jour

J’ai été frappée plusieurs fois de voir des sites internets qui n’étaient pas mis à jour. Un exemple m’a frappée car j’étais alors un peu perdue et j’essayais de me raccrocher à un organisme pour essayer de mieux maîtriser certains aspects de mon projet. Je cherchais à faire un transfert d’activité de Paris à la Savoie et souhaitais m’inscrire au répertoire des métiers de la Chambre de métiers. J’espérais aussi secrètement que la CMA de la Savoie proposait des accompagnements pour les jeunes créateurs comme j’avais vu cela à Paris.
Chouette, une formation ! J’appelle au numéro indiqué pour prendre des renseignements et une dame pas très bien lunée me répond « Comment avez-vous connu cette formation ? Elle n’existe plus ! ». J’aurais presque eu envie de m’excuser d’avoir vu cette formation sur le site de la Chambre de métiers mais j’ai préféré la remercier sobrement de ces informations, tout en lui souhaitant une belle journée.

Aussi fou que cela puisse paraître, cet exemple n’est pas un cas isolé. Rageant !

Les informations contradictoires

 Quand vous cherchez une information, dites-vous que le mieux est d’essayer de vous faire confirmer l’info par plusieurs acteurs.

Le centre des impôts qui ne sait pas me répondre puis quand je rappelle qui me dit « non ce n’est pas nous qui traitons cela ! », la dame de la CMA au bout du téléphone qui va demander à ses collègues l’information en me disant qu’elle pense comme moi que ma demande est à adresser au centre des impôts. Et puis la SSI (Sécurité Sociale des Indépendants) qui me dit que la demande est à leur adresser.

Alors, qui a tort, qui a raison ?  Vérifiez si vous pouvez !

Tout s’accélère, l’administration ne suit plus

Avec internet, envoyer un « papelard » est facile. Alors on envoie, on répond aux mails, on cherche encore, on scanne à nouveau, on renvoie. Et surtout on se dit « Chouette, dans une semaine c’est bon, c’est traité ! ».

Mais en fait, ceux qui traitent les papiers au sein des administrations ou des organismes auxquels nous sommes rattachés ne sont pas plus nombreux.
Certes, l’informatique leur permet de recevoir plus facilement une information qui par ailleurs est dématérialisée. Mais ça s’arrête là.

Le temps de traitement n’est pas toujours allégé par l’informatique, car un humain reste un humain.

Internet ça tue les relations humaines

J’entends souvent parler de la solitude de l’entrepreneur. Et pour cause, si l’on passe notre vie à envoyer des mails, à nous connecter sur des plateformes, à certifier que nous ne sommes pas des robots, à attendre des réponses souvent à côté de la plaque, à renvoyer un mail pour essayer de comprendre … Une bonne conversation de 5 minutes aurait parfois réglé l’affaire bien plus vite. A condition bien sûr de tomber sur autre chose qu’une porte de prison, mais bien une personne serviable et gentille, qui souhaite aider gentiment une nana enjouée à l’autre bout du téléphone.

Courage, on arrive à bout de ces tracas !

Laisser un Commentaire