bataille-de-ladministratif-trotte-cocotte

Entreprendre

Se muscler avant d’entamer la bataille de l’administratif

Je l’ai beaucoup entendu, cette phrase prononcée par les français qui se lancent « l’administration, le cauchemar ». Et bien, je peux vous dire que tant qu’on n’a pas testé, on n’en sait rien ! Retour sur : « la bataille de l’administratif » quand on est entrepreneur !

Je n’en étais encore qu’au bégaiement de mon projet entrepreneurial que l’administratif me pompait déjà de l’énergie et beaucoup de temps.

En fait, se lancer dans l’aventure entrepreneuriale, c’est redevenir la petite fille ou le petit garçon que nous avons été qui attend de ses parents de se faire guider, tout en ayant sacrément envie parfois de faire ce qu’il veut et quand il veut, quitte à désobéir.
Et pour tout ce qui concerne l’administratif, on est souvent contents d’être guidés … Mais en fait, dans la vraie vie de l’entrepreneuriat, ce n’est pas comme ça que ça se passe …

Ambiance

Si j’ai envie de créer ma petite entreprise, comme beaucoup (à en croire ce que j’entends dans la bouche des bébés entrepreneurs ou entrepreneur avec qui je discute), c’est pour imaginer, prendre plaisir à préparer des créations, à me servir de mes compétences et talents ! Bref, faire des trucs sympas tout en ayant une dose de trucs moins sympas à faire, comme pour tout.

Mais en fait, les trucs sympas, ce sera pour après. Oui, après. A la toute fin quoi. Au moment où je serai épuisée d’avoir tant bataillé pour tout, je pourrai me faire enfin plaisir !

Quelle ronchon celle-là pensez-vous peut-être déjà ! Vous avez sûrement (un peu) raison. Mais plongeons-nous un peu plus dans le sujet et musclons-nous (mentalement) avant d’entamer la bataille de l’administratif.

Les batailles à livrer

Avant de rentrer au sur le champ de bataille, l’idéal est de connaître son adversaire … Un vocabulaire volontairement guerrier car c’est souvent comme cela que les gens concernés en parlent. Et l’idée c’est que vous en sortiez indemnes, plutôt qu’estropiés ou carrément HS.

  • La première bataille à livrer va se faire avec votre CFE (Centre de formalités des entreprises) qui sera selon votre activité l’URSSAF, la CCI (Chambre de commerce et d’industrie), la CMA (Chambre de Métiers et de l’Artisanat), le greffe du tribunal de commerce ou la chambre d’agriculture. (Il existe aussi la Chambre nationale de la batellerie artisanale pour les entreprises artisanales de transport fluvial ! – Si un lecteur en est, qu’il me fasse signe !!)
    Selon votre rattachement, vous aurez plus ou moins d’obligations. Si vous êtes artisan, vous devrez effectuer le SPI (Stage de Préparation à l’Installation). Courage pour avoir une place rapidement … Anticipez ! Nous reviendrons sur le SPI dans un article bientôt.
  • Vous devrez en parallèle choisir le statut adapté à votre future activité. Là encore, aurez-vous besoin de rédiger et déposer des statuts ?
  • Et puis, une fois votre entreprise officiellement créée, ce sera à votre tour d’y passer.
    Votre nouvelle sécurité sociale vous contactera ou inversement, vous devrez effectuer vos déclarations de revenus plus ou moins souvent selon votre statut mais renseignez-vous. En micro-entreprise, il est possible de déclarer son chiffre d’affaires tous les trimestres ou tous les mois par exemple. L’idée est de payer les cotisations obligatoires à ce moment là … veillez donc à provisionner.
  • Si vous souhaitez demander l’ACCRE (L’aide au chômeur créant ou reprenant une entreprise), faites-le dans le mois de votre enregistrement au CFE.
  • Vous pourrez aussi probablement déposer votre nom et votre logo à l’INPI. Le dépôt est censé avoir été simplifié mais de l’aveux de mon avocate, les choses se sont corsées … Gare aux erreurs !
  • Et puis il vous faudra ouvrir un compte. Même en micro-entreprise, un compte dédié à son activité est obligatoire. Compte dédié ne veut pas dire compte professionnel mais les banques surfent sur le flou juridique de la loi pour « vendre » des comptes professionnels à des personnes pour qui un compte « personnel » pourrait largement suffire, surtout au début de leur activité.
  • Enfin, le clou du spectacle pour le Pôle emploi qui ne vous facilitera pas la tâche si vous décidez de créer une entreprise pendant que vous êtes indemnisé.

Relevez les manches, sortez les muscles, ça va chauffer !

Avant que vous ne commenciez, autant que vous vous prépariez dès maintenant à ce qu’il devrait vous arriver.

Vous allez tout d’abord vous battre pour trouver des informations. Enfin ça, c’était avant que je me dise que j’allais essayer par mes articles de livrer mon expérience et le fruit de mes recherches à vous, mes lecteurs !
Par réflexe vous allez aller sur différents sites, différents blogs pour essayer de savoir. Souvent vous allez trouver des informations contradictoires.
N’hésitez pas à vous battre pour trouver un numéro de téléphone et essayer d’avoir quelqu’un.

Le leitmotiv ? Appeler, appeler, appeler. Combien de fois ai-je appelé Pôle emploi au 3949 ? Ca vaut le coup !

Ensuite vous allez vous battre pour être accompagné, avoir des conseils de personnes qui ont des connaissances que vous n’avez pas encore. En période de création, le budget est souvent limité alors n’hésitez pas à fouiller dans les sites de vos CFE, à contacter des associations qui pourraient vous aider (pour les entrepreneurs, pour les femmes entrepreneurs, pour les micro-entrepreneurs, de votre région, département ou ville …).
J’ai pu constater que beaucoup d’acteurs étaient sur le coup pour accompagner. Je vous parlerai de l’ADIE qui m’a aidée si vous le souhaitez.

Il faut aussi mettre sa paire de lunettes pour mieux voir. La curiosité, si l’on dit parfois qu’elle est un vilain défaut sera l’un de vos meilleurs atouts.
Ajoutez à cela le fait d’avoir la bouche et les oreilles grandes ouvertes pour rencontrer, écouter, raconter, partager.
Faites confiance à votre intuition, n’hésitez pas à poser des questions, à remettre en question, à comparer, à faire jouer la concurrence.

Bref, dans les petits coups de mou, je me dis souvent que le chemin de la liberté et de la création sont longs mais qu’ils me permettent de grandir intérieurement beaucoup, de rêver tout en ayant réellement les pieds sur terre dans la boue.

Je vous souhaite vous aussi de persévérer !

Laisser un Commentaire