tu-es-devenue-cinglée-trotte-cocotte

Entreprendre

Tu es devenue cinglé(e) ?

Ça y est, les gros verrous ont sauté (Si vous souhaitez découvrir les miens, c’est ici !). La décision est prise, je me lance pour de vrai dans la construction de mon projet. J’ai la boule au ventre et en même temps je suis heureuse.

J’ai quand même passé en début de mois 3 entretiens pour un poste en CDD dans une grande maison d’édition. Une façon pour moi de satisfaire mes parents qui souhaitent que je travaille comme tout le(ur) monde dans une boîte ? Sûrement ! Mais aussi une manière de me prouver que si je veux un poste je peux l’avoir, et que mon projet est un vrai choix, résultant d’une vraie vision et pas une situation par défaut.

Enfin, vous me direz, monter une boîte quand on n’est pas trop sûr de le vouloir, ça ne dure qu’un mois ! Une vraie course de fond, ça ne se prend pas à la légère !

Revenons à nos moutons ! J’ai donc vu mon éventuel N+1, mon éventuel N+2 et enfin une RH du groupe. Comme ils cherchaient le mouton à 5 pattes pour un temps déterminé, en le payant très mal, j’ai refusé. Je vous en parlais dans un article #ConfessionsIntimes ici même d’ailleurs.

Tout le monde m’a prise pour une cinglée, mais moi au fond j’étais libérée. Une « chômeuse » qui refuse un poste ????

Ou juste une fille qui a envie de croire en ses capacités, et qui va se bouger pour faire devenir son projet réalité. Alors, j’ai annoncé à tous ceux que je croisais que « je me lançais ». Mon égo était regonflé de ces entretiens intéressants qui avaient su mettre en valeur mon parcours atypique.

Et là, j’ai rencontré plusieurs espèces de personnes !

Les « emballés »

Ce type de personne est celui qui fait un bien fou ! C’est eux qu’il faudra aller solliciter pour une écoute bienveillante au moment des doutes, mais aussi des grandes joies. Pour se réjouir ensemble !

Ils y croient, ils sont à fond, c’est génial !

Les « heureux pour toi »

Il y a ceux qui ne s’imagineraient jamais à notre place mais qui ont envie de comprendre et qui nous font confiance. Sans être complètement emballés, ils savent se réjouir de la joie de nous lancer que nous essayons de leur communiquer.

Les « interrogatifs »

Ces derniers essayent de comprendre mais ils ont plein de questions. Au fond, ils doutent du projet. Par leurs questions, nous pouvons les remercier car ils nous mettent à l’épreuve. Gare au pitch pas préparé, leur sentence pourrait nous faire du mal.

Ils penchent plutôt pour le non, sans vouloir non plus nous accabler. Peut-être que la suite du projet les fera changer d’avis ?

Les « j’ai peur pour toi »

Cette catégorie de personne est celle qui à priori fait le plus de mal pour la confiance en soi. On les sent à côté de la plaque, enfin, à côté de notre plaque. Plutôt fermés bien souvent, sans réelle volonté de comprendre ce qui se passe en nous pour que nous nous lancions.
Il faut se parer d’un beau bouclier pour ne pas prendre en pleine face leurs remarques qui nous feraient bien trop de mal émotionnellement.

Il est judicieux à mon avis de ne pas trop fréquenter ce genre de personnes en phase de lancement de l’activité. Leurs paroles ne font pas avancer les choses, contrairement aux interrogatifs, et fait même naître une culpabilisation inutile.

 

Je remercie pour ma part chacun des types de personne que j’ai rencontrées, car la plupart m’ont permis d’avancer. D’aller plus loin ou de me muscler !

Ce que j’aimerais vous dire, c’est de ne pas vous arrêter devant les réactions qui vous font mal. Certains ne vous comprendront jamais car ils n’ont pas la volonté ou tout simplement que leur schémas de pensée ou de vie est si éloigné du vôtre qu’ils n’arrivent pas à se mettre à votre place pour vous comprendre. Ils pourraient au moins se réjouir pour vous et vous faire confiance, mais ça c’est encore une autre histoire.

 Alors, nourrissez-vous des remarques, des discussions de ceux qui vous veulent du bien et qui vous aiment réellement. Vous ne pensez pas ?

 

Leur soutien sera un précieux allié et leurs oreilles de douces compagnes !

Laisser un Commentaire