burn-aout-trottecocotte

Beauté & Santé

Objectif du mois : ralentir le burn-août !

Je ne sais pas si je fais un début de burn « août » mais la vie qui ralentit ces derniers jours me fait un bien fou. Bon, en fait, je crois que je suis très très loin d’être la seule. Pas vrai ?

Même si je les appelais de mes vœux, les grosses chaleurs de cet été sont quand même les ennemies de la productivité. Et ça, ma pauvre dame, je n’en veux pas ! Mon été plutôt studieux sera tant qu’à faire le plus possible au vert, le bitume parisien évanouissant toute bonne volonté !

Comme parfois, j’ai un peu l’impression de marcher dans les sentiers battus à la recherche des marronniers (de l’été), mais que voulez-vous, il y a des constats qui ne nous échappent pas et qui permettent de faire du bien à nos vies !

L’été nous fait changer de rythme, nous donne la pêche, nous motive à coup de soleil, d’amitié et d’apéros, que nous travaillions ou pas ! Tour d’horizon de ces pratiques de l’été qui nous boostent pour la rentrée !

Moins d’écran

Tout a commencé la semaine dernière par un constat que j’ai fait du fond de mon lit. Il devait être 21h30, je profitais du chant des oiseaux la fenêtre ouverte et je n’avais qu’une envie, snober mon mac ! Lui qui pourtant fait partie intégrante de ma vie, qui se bat en duel avec les amis pour savoir qui passera la soirée avec moi … Ne m’intéressait pas.

Signe que le tourbillon de la vie et du quotidien en surchauffe peuvent parfois nous éloigner de ce dont nous avons profondément besoin et que nous retrouvons aussi vite qu’il était parti : du calme pour nous ressourcer.

Je ne sais pas vous, mais depuis ma chambre parisienne, j’ai souvent du mal à « ne rien faire », de productif j’entends ! Je réfléchis, j’écris, je regarde des vidéos, je lis des articles ou des cours .. Bref, je suis bien souvent devant un écran, toujours un peu dans l’action. (Bien vaine d’ailleurs à bien y regarder …)
Et quand je m’accorde une soirée, c’est parce que je sors ! Dans le métro ou ailleurs, je zieute encore pas mal mon écran de téléphone. Et je suis encore dans l’action.

Peut-être suis-je un ovni mais j’ai l’impression que nous sommes nombreux à fonctionner de cette manière !

Au fond, comme nous tous, je ne suis pas faite pour cela. J’ai besoin de m’aérer l’esprit, de ne rien faire qui « serve » autre chose que mon moi, parfois. L’action pour l’action …
Et j’ai surtout besoin de lever le nez des écrans qui m’entourent au quotidien.

Un sommeil rééquilibré

Sortir de l’ambiance de la ville ou plutôt de « notre ville » permet aussi de rééquilibrer son sommeil. Le rythme est bousculé, l’air hors des villes est plus frais, le bruit et les lumières ne viennent pas perturber les nuits et je tout cela amène calme et apaisement.

Lorsque je suis dans « ma » ville, Paris, et que je rentre tard, je prends un chauffeur privé ou le taxi, je vois, je discute ou je croise des choses et des gens qui me perturbent. J’ai au fond la tête remplie de ces sujets de la vie et de la société qui interrogent.

En province ou à la campagne, rien de tout cela ! Juste la nature à contempler … et le sommeil à facilement trouver.

Et puis, le manque de sommeil n’est-ce pas l’un des plus gros combats de notre mode de vie dit « moderne » ? L’un des grands maux de notre siècle ? Les pédiatres les premiers s’alarment, nageant dans un océan de courants contraires.

Faire silence

Vaste sujet que celui d’être dans le silence. Ou de se taire, pour commencer. Dans une société qui s’accélère et dont ses membres sont en permanence reliés grâce à leur smartphone, le silence en deviendrait presque un gros mot.

Et pourtant, difficile de trouver un chat en ville pour aller boire un verre ces temps-ci.

J’ai pour ma part vu mes amis avant de nous séparer pour les uns pendant quelque temps ou de nous retrouver pour les autres pour quelques jours de (vraies) vacances.

Plus le temps passe, plus il me paraît évident que nos portables vont tourner au ralenti dans les prochaines semaines. Moins de messages, moins de whatsapp ou d’appels, mais bel et bien la liberté de vivre nos moments de repos en pensant à nous et à ceux qui nous entourent en laissant les autres à Paname ou dans les villes où nous habitons.

Se donner la liberté de se retrouver … Belle preuve d’amitié non ?

– – –

Et si l’on pouvait ralentir la consumation du mois d’août ? On ne dirait pas non, non ? Allons, soufflons pour mieux se retrouver ! A la rentrée ?

Laisser un Commentaire