#4-Cocotte-caquete-trottecocotte

Vue du Perchoir

Cocotte caquète 4 : Trotte cocotte a un an !

Ca y est, cela fait pile poil un an aujourd’hui que j’ai publié mon premier article ici, sur le blog Trotte cocotte.

Je m’en souviens comme si c’était hier, et pourtant il s’en est passé depuis !

Je ne sais pas si vous faites cela parfois, mais j’aime beaucoup trouver dans ma vie des dates qui m’ont marquée et qui me permettent, si j’en prends le temps, de relire un peu ma vie entre la date choisie justement et le moment présent.

3 juillet 2017 : la naissance du blog et le début du périple en France

Il y a un an, j’étais en train de boucler mon sac pour un périple de 3 mois à travers la France, à la rencontre de personnes que j’avais envie d’aller rencontrer parce que je les trouvais intéressantes pour ma compréhension de la vie, pour la compréhension de nos vies.

Je finissais mon ménage pour laisser une chambre propre et agréable. Je faisais mon repassage parce que c’est quand même mieux de revenir avec des habits propres. Je la trouvais toute vide cette chambre ! On sentait qu’elle allait être délaissée quelque temps. Le temps d’un périple …

Et puis j’ai publié les premiers articles de chaque rubrique du blog, pour que vous puissiez saisir ce que je voulais faire de ce dernier. Et je suis partie à la gare le lendemain !

J’étais sur le quai, il faisait une chaleur monstre en plein après-midi, mais j’étais sereine et heureuse. Je souhaitais partir à la rencontre, aller frapper aux portes, et je m’apprêtais à le faire.

D’ailleurs, j’avais une vague idée de mon projet, des villes où j’allais aller mais j’attendais encore des réponses de personnes sollicitées. Je savais que j’allais devoir m’adapter, que des choses allaient bouger, et qu’il me faudrait être capable de supporter un voyage seule, sans voiture et avec peu d’argent. Il faudrait donc être particulièrement adaptable pour supporter un itinéraire flexible …

En parallèle, mon objectif était de vous partager au maximum l’essence des rencontres que j’allais faire.

J’ai trouvé cela très dur de prendre le temps d’écrire, et de trouver les mots pour le faire surtout, lorsque l’on est sans cesse invitée chez les autres.

Si j’avais donc gardé un certain nombre des sujets de rencontre pour mon retour, la vie en a décidé autrement un jour de septembre lorsque j’ai dû oublier mon carnet de rencontres dans le train …
Il me manque ce carnet, car j’y avais consigné de superbes discussions. Tout un tas de rencontres resteront donc dans mon esprit et dans mon cœur, car si je peux les résumer à l’oral, la profondeur de l’écrit manque à l’appel !

Si je ne devai retenir que 3 grandes idées liées à ce périple, avec le recul qui est le mien aujourd’hui, je dirais …

Les leçons du périple avec du recul

Faire confiance

L’aventurier est « la » personne qui fait rêver. On s’identifie à lui en se disant qu’il a un courage dingue de partir, comme ça. De quitter son confort matériel et moral pour se mettre en mouvement vers un ailleurs.

Au fond, nous trouvons cela génial bien souvent car nous percevons cette liberté qu’il a en osant partir, mais nous avons peur. Peur de ne pas y arriver, peur de l’inconnu, peur d’être mal, peur de quitter notre mode de vie …

Quand les choses doivent se faire, elles se font. Ne pas trop se projeter est dur car cela casse nos habitudes mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Se laisser surprendre aussi et accueillir les opportunités simplement …

Le périple et la vie m’ont montré qu’il faut au contraire faire confiance pour aller de l’avant ! Lâcher prise pour mieux vivre !

Prendre sur soi

Ne pas être chez soi ou dans sa zone de confort suppose de ne finalement pas être si libre que ça. De porter les contraintes des autres.

Cela n’est vraiment pas facile, mais apprend là aussi à prendre du recul, à prendre sur soi en sortant de soi.

C’est une drôle d’expérience, qui vaut le détour car elle fait prendre conscience comme jamais de la nécessité que nous avons d’être dans la tranquillité, dans le silence parfois.

De couper un peu des autres pour mieux se retrouver et d’être libre, réellement, de ses faits et gestes.

S’émerveiller

Voyager permet de voir des choses que l’on n’aurait pas vues en restant dans notre ville ou village. Une des choses qui manque le plus aux adultes de notre société à mon sens, est la capacité à s’émerveiller.

S’émerveiller de la rencontre, de la beauté de l’homme ! Et s’émerveiller de la beauté de ce que l’on voit. Voir en toute petite chose, quelque chose d’extraordinaire.

Je me suis émerveillée des gens qui ont été mis sur ma route, tandis que ces routes et paysages de France me balançaient de la beauté aux yeux !

La vie du blog

Depuis, Trotte cocotte a grandi ! J’ai encore beaucoup de sujets à écrire, d’idées qui doivent prendre vie et forme … Le temps me manque mais je reviendrai ici, de manière plus régulière dès que possible !

Le blogging est une activité exigeante qui demande beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps. J’aime beaucoup réfléchir et écrire des sujets qui, à chaque fois je l’espère, vous plaisent et vous questionnent.
Mais ce n’est pas mon activité principale aujourd’hui et le reste de mes projets me grappille beaucoup de temps.

Les un an du blog me font me questionner sur la manière de garder ce lien, d’écrire librement, tout en pensant aussi à mes autres activités …

Si les publications sont très espacées, je vous en donnerai la raison bien vite et j’ai bien envie de revenir tous les mois au moins par ici. Je compte sur l’été pour me guider et pour m’aider à trouver un rythme tenable pour vous et moi.

Merci de vos remarques bienveillantes et pertinentes, et merci d’être là, tout simplement. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire durant un an et vous me l’avez bien rendu !

Camille

Laisser un Commentaire