3-mois-periple-trottecocotte

En chemin Périple

3 mois de périple !

Avec une semaine de retard, je prends mon clavier pour évoquer le 3ème et dernier mois de périple. Retrouvez ici le bilan du 2ème mois de périple !

Dernière ligne droite du périple

Maintenant que j’ai un peu de recul, je dois bien le redire, août a été à l’image du temps dans la partie Sud de la France : plein de douceur.

L’escapade en Corse aussi chouette soit-elle a été plus que fatigante ! Affaires pas lavées, nuits à droite et à gauche, pas d’accès à internet, …

En plus d’un manque de budget flagrant pour espérer me déplacer seule sans prendre trop de risques, je n’arrivais pas à concrétiser les rencontres car entre le retour de vacances et la rentrée, chaque famille est bien occupée. Au fond, je rêvais secrètement de pouvoir « me poser ».

Alors j’ai remis à septembre une bonne partie de mes envies et je me suis laissée porter.

Si vous souhaitez récupérer ce visuel pour le partager, cliquez directement dessus ! 

Pause technique

Une fois que j’avais admis et accepté que oui, bouger depuis deux mois son sac sur le dos peut être quelque chose de fatiguant, j’ai décidé de rentrer tout remettre à plat.

Troquer les hauts à bretelles contre des pulls et les shorts contre des pantalons, récupérer un ordinateur digne de ce nom qui puisse être utilisé plus d’une heure sans avoir besoin d’être rechargé, et qui puisse aussi se connecter à internet rapidement avec un « partage de connexion », …

Et puis me reposer. Commencer à penser à la suite, rédiger …

Finalement, un aller-retour à Paris s’est glissé dans le programme. Un rendez-vous avec deux entrepreneurs pour qui j’aurai peut-être pu travailler. Heureusement que j’étais rentrée car j’ai pu être souple et sereine !

Vive la solitude !

Ce titre peut paraître un peu étonnant pour quelqu’un qui a choisi d’aller à la rencontre durant quelques mois. Une petite explication s’impose ! 😉

Au milieu de tous les bienfaits que cette expérience m’a apportés, j’aimerais souligner une prise de conscience toute bête qui ne l’est au fond pas ! Vous me suivez ?

Il s’agit de l’impératif de savoir être seul pour se retrouver.

Pour vous dresser le tableau, j’avais décidé en partant de ne pas dépenser beaucoup pour mon expérience afin de vivre les choses de manière simple. Je me disais que la rencontre ne se faisait pas forcément entre 9h et 18h. Cela a donc impliqué que je ne dormais pas à l’hôtel mais que j’ai été accueillie. Je remercie d’ailleurs tous ceux qui se reconnaîtront et qui ont mis toute leur disponibilité pour que je me sente bien. Ca a été le cas !

Mais j’avais oublié de penser à un détail. Lorsque vous êtes accueilli chez les gens, vous n’êtes pas chez vous. Vous ne rentrez pas de votre journée en jetant votre sac, en prenant votre douche dans la minute, en vous affalant devant votre ordinateur pour lire un article qui vous intéresse, ou que sais-je.

Vous arrivez, vous proposez votre aide, on vous raconte la journée et vous racontez la vôtre. Ensuite vous dînez et vous passez une soirée avec votre hôte.
Comme vous êtes quelqu’un de bien élevé, vous n’osez pas dîner avant de prendre congé pour faire vos petites affaires.

J’avais sous-estimé à quel point c’est dur de se caler sur le rythme des autres ! Ils vous accueillent et même si vous avez « quartier libre », vous n’êtes pas chez vous et cela change tout !

Carnet de rencontres, t’es où ?

S’il est bien une chose qui m’a mis le moral à zéro pendant quelques jours, c’est bien la perte de mon carnet de rencontres.

J’avais repoussé l’écriture de la majorité des étapes que j’ai faites, m’étant rendue compte que techniquement cela m’était difficile de rencontrer des personnes passionnantes, de vivre chez d’autres personnes passionnantes et en même temps de prendre le temps nécessaire pour rédiger au plus près de la réalité, les rencontres et découvertes vécues.

C’est lors de mon passage à Paris dont je vous parlais tout à l’heure que je me suis rendue compte que je n’avais plus ce si précieux carnet complété jour après jour, rencontre après rencontre …

Et pourtant il en contenait, des belles choses ! De formidables échanges dont je ne vous ai pas parlé ni sur le blog, ni sur les réseaux sociaux Trotte cocotte.

J’étais impatiente de vous parler d’un herboriste auvergnat, de ma rencontre avec Lagda, un jeune du centre-ville de Marseille, des mots si forts prononcés par une malade chronique, du très bel échange avec un chasseur girondin, …

Je garderai donc pour moi ces précieux échanges et essayerai de retourner les voir ! Car plus qu’envie d’évoquer avec vous certains sujets.

3 mois !

3 mois qui ont filé à vitesse grand V. 3 mois qui m’ont appris tant de choses. 3 mois qui m’ont mis sur la route de belles découvertes. Le début !

Je voulais vérifier que l’Homme était toujours bien là et qu’il était capable de belles choses s’il n’enfouissait pas sa nature d’être doté d’une grande intelligence.

L’Homme est là, et il se plaît de plus en plus à être de nouveau lui, passé les chimères. Il pense « Out of the box » et ose ! Il ne m’en fallait pas plus pour être plus que jamais motivée à prendre du mieux que je peux ma part dans la transition. Avec vous je l’espère 😉

Le périple est terminé, à très vite pour de nouvelles perspectives sur Trotte cocotte !

Laisser un Commentaire